Le Conseil de sécurité adopte sa première résolution sur la protection des personnes handicapées dans les conflits

UNifeed Video
Wafika, 35 ans, et Taha, 25 ans, sont nés avec une paralysie cérébrale. Originaires de Damas, ils ont fuit la guerre en Syrie en 2013 et on trouvé refuge en Egypte

À l’initiative de la Pologne et du Royaume-Uni, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté jeudi, à l’unanimité, sa toute première résolution sur la protection des personnes handicapées en période de conflit armé.
Dans le préambule de la résolution 2475 (2019), le Conseil de sécurité se déclare gravement préoccupé par les conséquences « disproportionnées » des conflits armés sur les personnes handicapées, qui sont délaissées, soumises à des violences et privées de l’accès aux services de base.

Continuer la lecture

Le chef de l’ONU appelle les jeunes à continuer de s’impliquer dans la lutte pour le climat

Photo Lisbonne+21
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors la Conférence mondiale des ministres responsables de la jeunesse du Forum de la jeunesse Lisbonne+21.

Les générations plus âgées ne « réagissent pas de manière adéquate » à l’urgence climatique, alors que les jeunes « relèvent le défi » et prennent les devants pour ralentir les effets destructeurs du réchauffement planétaire, a déclaré dimanche le chef de l’ONU.
António Guterres s’exprimait en clôture de la Conférence mondiale des ministres responsables de la jeunesse et du Forum de la jeunesse Lisbonne+21, organisés à Lisbonne, au Portugal.

Continuer la lecture

Au Mali, l’ONU a développé un plan d’urgence pour la région de Mopti en proie à la violence

Photo MINUSMA/Gemma Cortes
Des Casques bleus de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) mènent une réunion sur la justice et la réconciliation dans la région de Mopti, dans le centre du Mali.

La région de Mopti, dans le centre du Mali, est affectée depuis plusieurs mois par une escalade de la violence marquée par plusieurs massacres de civils. Pour briser ce « cycle infernal », la Mission des Nations Unies, la MINUSMA, a développé un plan d’urgence en soutien aux autorités maliennes pour protéger les civils.
Lors d’une récente visite au siège des Nations Unies à New York, l’envoyé de l’ONU pour le Mali, Mahamat Saleh Annadif, a rencontré ONU Info. Il a expliqué les cinq priorités de ce plan d’urgence appelé Oryx.
« Lorsque la MINUSMA a été déployée au Mali, son mandat ne comprenait pas le Centre. Malheureusement, à la suite de ce qui s’est passé l’année dernière, on nous a aussi donné pour mission de s’occuper du Centre », a précisé M. Annadif.

Continuer la lecture

Au Mali, le chef des opérations de paix plaide en faveur d’une stratégie pour stopper la violence dans le Centre

MINUSMA/Harandane Dicko Le chef des opérations de paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix visite le projet de sécurisation de l’aéroport de Mopti, au Mali. Le projet est financé par l’UE et la MINUSMA

En visite au Mali pendant trois jours cette semaine, le chef des opérations de paix des Nations Unies, Jean-Pierre Lacroix, a plaidé pour une stratégie intégrée en soutien aux efforts du gouvernement malien pour mettre fin aux violences qui secouent la région de Mopti, dans le centre du pays
« Il nous faut arrêter la spirale de la violence dans le centre du Mali à travers une stratégie intégrée en soutien aux initiatives du gouvernement malien », a déclaré M. Lacroix sur son compte Twitter.

Continuer la lecture

Le nombre de personnes déracinées à travers le monde dépasse les 70 millions (HCR)

Photo HCR/Sam Tarling
De jeunes réfugiés syriens dans un camp de fortune dans la vallée de la Bekaa, au Liban

Une fois encore, les guerres, la violence et les persécutions ont généré un niveau record de déplacements de populations à travers le monde, selon le tout dernier rapport statistique annuel publié mercredi par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, à la veille de la Journée mondiale des réfugiés, celébrée le 20 juin de chaque année.
Ce rapport fait état de 70,8 millions d’enfants, de femmes et d’hommes qui étaient déracinés à la fin 2018 – un niveau sans précédent, jamais atteint en bientôt 70 années d’existence du HCR.
Cela représente le double du nombre de personnes déracinées il y a 20 ans ainsi que 2,3 millions de personnes supplémentaires par rapport à l’an dernier. Ce chiffre est supérieur à celui de la population de la Turquie.

Continuer la lecture

Une personne sur trois dans le monde n’a pas accès à de l’eau salubre

Photo UNICEF/Souleiman
Dans un camp de fortune à Ain Issa, à 50 km au nord de Raqqa, en Syrie, Horriya, 12 ans, porte un jerrycan d’eau (2017).

Des milliards de personnes dans le monde ne bénéficient toujours pas d’un accès approprié à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène, d’après un nouveau rapport conjoint de l’UNICEF et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publié mardi.
En effet, selon les deux agences, quelques 2,2 milliards de personnes ne disposent pas de services d’alimentation en eau potable gérés en toute sécurité, 4,2 milliards sont privés de services d’assainissement gérés en toute sécurité et 3 milliards ne possèdent même pas d’installations de base pour se laver les mains.

Continuer la lecture

L’ONU présente une stratégie et un plan d’action contre le discours de haine

Photo : ONU/Rick Bajornas
Des enfants portant des t-shirts « United Against Hate » (Unis contre la haine) participent à un rassemblement interreligieux à la Park East Synagogue de New York en mémoire des fidèles juifs qui ont été tués à Pittsburgh. (31 octobre 2018)

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a présenté mardi une stratégie et un plan d’action sur le discours de haine lors d’un briefing informel à l’intention des États membres.
Le but de cette stratégie est de renforcer la compréhension de la part de toutes les entités des Nations Unies de l’impact insidieux du discours de haine et de la manière dont elles peuvent y faire face plus efficacement dans leur travail. Elle appelle à un soutien plus solide des États membres ainsi qu’à un engagement plus fort des entreprises privées, de la société civile et des médias.
La stratégie propose des idées sur la manière de s’attaquer aux causes profondes et aux facteurs du discours de haine et de réduire son impact sur les sociétés.

Continuer la lecture

Les attaques contre des civils au Mali pourraient être qualifiées de crime contre l’humanité (expert)

Photo MINUSMA/Gema Cortes
Des Casques bleus sénégalais lors d’une opération auprès de civils dans la région de Mopti au Mali.

L’Expert indépendant sur la situation des droits de l’homme au Mali a indiqué que les attaques meurtrières qui se multiplient contre des civils dans certaines régions du pays pourrait être qualifiées de crime contre l’humanité.
« Ces violations des droits de l’homme, documentées presque toutes les semaines depuis plus d’un an, pourraient être qualifiées de crimes contre l’humanité », a déclaré cet expert, Alioune Tine, dans un communiqué rendu public ce vendredi à Genève.
Il est arrivé à cette conclusion après l’attaque ayant eu lieu le week-end dernier dans le village Dogon de Sobanou-Kou, dans la région de Mopti, au centre du Mali.

Continuer la lecture

Reconnaître, célébrer et être solidaire des personnes atteintes d’albinisme

Images Corbis/Patricia Willocq
L’albinisme est une maladie héréditaire rare, non contagieuse, présente à la naissance. On la trouve chez les deux sexes, sans distinction d’origine ethnique, dans tous les pays du monde.

Les Nations Unies ont célébré jeudi la Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme, l’occasion de revendiquer le droit à la vie et à la santé des personnes atteintes d’albinisme et exiger l’élimination de toutes sortes d’exclusions et d’agressions à leur encontre.
Au cours des 10 dernières années, plus de 700 cas d’attaques visant des personnes atteintes d’albinisme ont été répertoriés dans 28 pays d’Afrique subsaharienne, selon Ikponwosa Ero, l’Experte indépendante des Nations Unies sur l’exercice des droits de l’homme par les personnes atteintes d’albinisme.

Continuer la lecture

Mali : « le cycle infernal de la violence doit être arrêté », déclare l’envoyé de l’ONU

Photo MINUSMA/Marco Dormino
Des enquêteurs de l’ONU accompagnés par des Casques bleus de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) rencontrent des villageois dans le village a été attaqué dans le centre du pays en février 2019.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Mali, l’envoyé de l’ONU dans ce pays a estimé mercredi qu’il fallait arrêter le cycle infernal de la violence si l’on veut que l’espoir d’un retour à la paix se concrétise.
« La lueur d’espoir qui pointe à l’horizon ne pourra se transformer en véritable opportunité sans une accélération dans la maitrise de la situation sécuritaire, notamment au centre » du pays, a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, Mahamat Saleh Annadif, lors de cette réunion du Conseil à laquelle participait le Ministre malien des affaires étrangères, Tiébélé Dramé.
Selon M. Annadif, ce qui s’est passé dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 juin dans le village de Sobanou-Kou dans la région de Mopti rappelle la gravité de la situation, et ceci après les massacres de Koulougon et de Ogossagou, respectivement le 1er janvier et le 23 mars 2019, toujours dans la région de Mopti.

Continuer la lecture