Archives de l’auteur : Adama Koné

MESSAGE VIDÉO DIFFUSÉ DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL, À L’OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES, le 8 mars 2021

La pandémie de COVID-19 a anéanti des dizaines d’années de progrès en matière d’égalité des sexes.
Pertes d’emploi massives, fardeau toujours plus lourd des soins non rémunérés, scolarité perturbée, explosion de la violence domestique et de l’exploitation : les femmes voient leur existence bouleversée et leurs droits s’éroder.
Les mères, tout particulièrement les mères célibataires, connaissent une inquiétude et une adversité terribles.

Continuer la lecture

Au Burkina Faso, le PAM et l’UNICEF s’efforcent de réduire la malnutrition chez les enfants

OCHA/Otto Bakano
Des centaines de milliers de personnes vivant au Burkina Faso sont en situation d’insécurité alimentaire.

Dans l’est du Burkina Faso, où l’état nutritionnel des enfants s’est dégradé l’an dernier, le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ont développé des projets conjoints de prévention et de lutte contre la malnutrition.
La Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso, Sandra Lattouf, et le Représentant du PAM, Antoine Renard, accompagnés de l’Ambassadeur de France, Luc Hallade, viennent d’effectuer une visite à Fada N’Gourma, dans la région de l’Est.

Continuer la lecture

Sommet du G5 Sahel : Guterres appelle à aller au-delà de la seule réponse sécuritaire

Photo ONU/Marco Dormino
António Guterres, lors de sa visite au quartier général de la Force conjointe du G5 Sahel près de Mopti, au Mali, le 30 mai 2018. Le Secrétaire général a condamné l’attaque perpétrée vendredi contre le quartier général de la Force.

Lors d’un sommet du G5 Sahel qui s’est déroulé lundi et mardi à N’Djamena, la capitale du Tchad, le chef de l’ONU a appelé à faire avancer la paix et le développement durable dans cette région d’Afrique confrontée à de multiples défis.
Le G5 Sahel est un cadre de coopération régionale, créé en 2014, réunissant cinq pays du Sahel : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.
« Malgré de récents développements prometteurs, et notamment la tenue pacifique d’élections, je reste préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire dans la région, en particulier à Liptako-Gourma (région commune au Burkina Faso, au Mali et au Niger) , où la spirale de la violence aggrave une situation humanitaire déjà difficile », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un message vidéo diffusé lors de ce sommet du G5 Sahel.

Continuer la lecture

Conférence sur l’Organisation de Nations Unies (ONU) au sein du Collège Notre Dame de Kologh Naaba

Une vue de quelques élèves à la fin de la Conférence en compagnie du Conférencier, de l’enseignant – encadreur et de la Sœur Directrice de l’établissement.

Dans le cadre de ses activités avec les institutions scolaires, le Centre d’Information des Nations Unies (CINU) en partenariat avec le Collège Notre Dame de Kologh – Naaba, a organisé le 11 février 2021 au sein de cet établissement, une conférence sur le thème : « Buts, Principes, Structures et Fonctionnement de l’ONU » .
Une quarantaine de jeunes filles de la classe de Terminale A de cet établissement ont pris part à cette activité.

 

Burkina Faso : le HCR condamne le meurtre de 25 personnes déplacées internes dans la province de Sanmatenga

© UNHCR/Monique Rudacogora
Le HCR continue d’aider les personnes déplacées vulnérables au Burkina Faso.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a condamné fermement l’attaque durant laquelle 25 personnes déplacées internes ont été tuées au Burkina Faso, dans la nuit du dimanche 4 octobre.
« Nous sommes bouleversés par la nouvelle de cet acte brutal et cruel », a déclaré dans un communiqué, Ioli Kimyaci, la Représentante du HCR au Burkina Faso.
Selon les survivants de l’attaque, 25 hommes ont été tués et un autre grièvement blessé. Leur convoi, qui transportait 46 personnes, avait été pris en embuscade par un groupe armé près de Pissila, dans la province de Sanmatenga, Région du Centre-Nord.

Continuer la lecture

La coopération internationale a échoué face à la Covid-19, il faut réinventer le multilatéralisme (Guterres)

Photo ONU/Mark Garten
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’adresse au débat général de la 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a constaté, jeudi, devant le Conseil de sécurité l’échec de la coopération internationale face à la pandémie de Covid-19 et a plaidé pour une réflexion profonde sur la gouvernance mondiale et le multilatéralisme.
La pandémie de Covid-19 « met manifestement à l’épreuve la coopération internationale – épreuve à laquelle nous avons échoué », a déclaré M. Guterres lors de cette réunion du Conseil ayant pour thème la gouvernance mondiale post-Covid-19 et notamment les changements éventuels dans l’environnement de sécurité internationale résultant de la pandémie et de ses effets.

Continuer la lecture

Pour le Niger, seule une action internationale pourra rétablir la sécurité au Sahel et dans le bassin du lac Tchad

Photo ONU/Eskinder Debebe
Le Président du Niger, Mahamadou Issoufou (sur l’écran), s’exprime devant l’Assemblée générale des Nations Unies.

Devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le Président du Niger, Mahamadou Issoufou, a rappelé, jeudi que seule une action internationale pourra rétablir la sécurité dans les régions africaines du Sahel et du bassin du lac Tchad et a fait part de sa préoccupation sur la situation au Mali.
« Le Niger est convaincu que les nombreuses menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité internationales ne peuvent pas être résolues par les États pris individuellement, mais par une action collective de la communauté internationale », a déclaré M. Issoufou qui s’exprimait pour la dernière fois devant l’Assemblée générale en sa qualité de chef d’Etat, la constitution nigérienne limitant à deux le nombre de mandats à la présidence du pays.

Continuer la lecture

Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées (HCR)

OCHA
Des enfants du camp pour personnes déplacées de Barsalogho, au Burkina Faso en mars 2019. L’insécurité, la faim, les inondations et les épidémies ont plongé le pays dans une crise humanitaire sans précédent.

L’Afrique de l’Ouest et la région du Sahel font face à des inondations dévastatrices entraînant de nombreuses victimes et des dégâts considérables.

Selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), ces inondations provoquées par des pluies diluviennes ont fait au moins 112 morts et affecté plus de 700.000 personnes du Niger au Tchad.
Parmi ces dizaines de décès, figurent une femme enceinte et sa fille adolescente, toutes deux déplacées internes, signale le HCR. Des milliers d’autres ont d’urgence besoin d’abris, d’eau potable et de soins de santé dans de vastes zones au Burkina Faso, au Tchad, au Mali et au Niger.

Continuer la lecture

Mali : un expert indépendant de l’ONU demande la libération immédiate de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé

MIKADO FM
Alioune Tine, expert indépendant sur la situation des droits de l’homme au Mali

Un expert des droits de l’homme des Nations Unies a demandé, mercredi, la « libération immédiate » de plusieurs responsables politiques maliens détenus par la junte, dont l’ex-Premier ministre, Boubou Cissé.
« J’ai appelé aujourd’hui les responsables du coup d’État au Mali à libérer les anciennes autorités gouvernementales détenues depuis plus d’un mois », a déclaré dans un communiqué, Alioune Tine, l’Expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l’homme au Mali.
L’expert onusien s’est d’ailleurs dit « extrêmement préoccupé par le fait que les personnes arrêtées par les responsables du coup d’État ont été arbitrairement privées de leur liberté pendant plus d’un mois ».

Continuer la lecture

Pour la France, la pandémie de Covid-19 doit être un électrochoc pour l’ONU et impose de nouvelles solutions internationales

Photo ONU/Manuel Elias
Le Président français Emmanuel Macron s’exprime au débat général de la soixante-quinzième session de l’Assemblée générale.

Le Président français Emmanuel Macron a estimé, mardi, lors du débat général de l’Assemblée générale des Nations Unies, que la pandémie de coronavirus imposait la coopération entre les nations et devait servir d’électrochoc pour l’ONU.
« Cette crise, sans doute plus que toute aucune autre, impose la coopération, impose d’inventer de nouvelles solutions internationales », a déclaré M. Macron dans son discours.
Il a noté que « les organisations internationales dont nous avons tant besoin, comme l’Organisation mondiale de la santé, ont été accusées par les uns de complaisance, et instrumentalisées par les autres » et que les scientifiques et les journalistes, « si essentiels pour comprendre et agir efficacement face à la crise, ont été remis en cause par la propagande des États, comme par l’épidémie de la désinformation ».

Continuer la lecture