Archives de l’auteur : Adama Koné

G5 Sahel : le soutien de la MINUSMA est crucial mais a atteint ses limites

MINUSMA/Marco Dormino
Un hélicoptère canadien CH-147 Chinook décolle alors que les Casques bleus canadiens de la MINUSMA se protègent de la poussière lors d’un exercice d’évacuation médicale près de Gao au Mali (archive)

Le chef des opérations de la paix de l’ONU a plaidé vendredi devant le Conseil de sécurité pour un programme de soutien international complet à la Force conjointe du G5 Sahel et à mieux financer l’appui que lui fournit la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA).
Depuis 2019, des progrès tangibles et encourageants ont été enregistrés dans l’opérationnalisation du G5-Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), notamment à travers la réforme de son Secrétariat permanent et le développement d’outils de gestion et d’aide à la décision. « Des progrès ont été accomplis dans le renforcement de sa Force conjointe, grâce aux efforts de constitution de forces, à la révision de son concept stratégique d’opération et à l’opérationnalisation du Centre d’analyse sahélien pour l’analyse des menaces et l’alerte rapide », a détaillé Jean-Pierre Lacroix, le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix.

Continuer la lecture

Niger : reprise du rapatriement des migrants, mais plus de 1.400 Ouest Africains toujours bloqués (OIM)

OIM
Des migrants enregistrés dans un centre de transit à Agadez, au Niger. (archive)

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a aidé jeudi 179 ressortissants maliens bloqués au Niger à rentrer volontairement chez eux.
« Les migrants attendaient depuis près de trois mois dans les centres de transit de l’OIM à Niamey et Agadez en raison de la fermeture des frontières liée à la pandémie de Covid-19 », a déclaré vendredi Paul Dillon, porte-parole de l’OIM lors d’un point de presse à Genève.
Un premier rapatriement aérien a été rendu possible grâce à un accord entre les gouvernements du Niger et du Mali. Au cours des deux dernières semaines, le bureau de l’OIM au Niger a également organisé des rapatriements terrestres qui ont également permis le retour de 43 migrants au Burkina Faso et de 58 autres au Bénin.

Continuer la lecture

Covid-19 : António Guterres plaide pour un vaccin accessible à tous

Photo ONU/Loey Felipe
Des chercheurs à travers le monde tentent de trouver un vaccin contre le coronavirus.

Les vaccins sont « l’intervention de santé publique la plus importante de l’histoire, qui permet de sauver des dizaines de millions de vies chaque année, d’éradiquer des maladies comme la variole et de prévenir des maladies comme la rougeole, la rubéole et le tétanos », a déclaré jeudi le Secrétaire général des Nations Unies.
Dans un message vidéo adressé au Sommet mondial du GAVI, l’Alliance mondiale pour la vaccination, organisé à Londres ce jeudi, António Guterres, a rappelé que malgré ce progrès de la médecine, l’humanité vit un moment d’incertitude.

Continuer la lecture

Guterres : « La crise engendrée par la Covid-19 est l’occasion de réinventer la mobilité humaine »

© UNICEF
Des réfugiés et migrants se rassemblent au poste frontière de Pazarkule près d’Edirne, en Turquie, dans l’espoir de se rendre en Grèce.

Le chef de l’ONU alerte sur la vulnérabilité des personnes en situation de déplacement face à la pandémie de Covid-19 et appelle à réinventer la mobilité humaine.
Le coronavirus continue de détruire des vies et d’avoir un effet dévastateur sur les moyens d’existence partout sur la planète, en frappant le plus durement les plus vulnérables.
« Tel est le cas en particulier pour les millions de personnes en situation de déplacement – comme les réfugiés et les déplacés internes, contraints de fuir leur foyer en raison de la violence ou d’une catastrophe, ou les migrants en situation précaire », a déclaré mercredi le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres.

Continuer la lecture

Mort de George Floyd : l’ONU appelle à écouter les griefs des manifestants et à condamner le racisme sans équivoque

ONU Info/Shirin Yaseen
Des personnes manifestants à New York après la mort de George Floyd. Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes des États-Unis.

Alors que les manifestations se poursuivent aux Etats-Unis, les Nations Unies ont demandé à écouter les griefs des personnes manifestant contre les violences policières et appelé les autorités à faire preuve de retenue.
L’indignation exprimée dans les manifestations a commencé après la diffusion la semaine dernière sur les médias sociaux d’une vidéo montrant un policier blanc de la ville de Minneapolis (ville du Midwest des Etats-Unis) s’agenouillant pendant plus de huit minutes sur le cou de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans dans laquelle il apparaît sans vie, mourant aux mains de la police.

Continuer la lecture

L’argent, nerf de la guerre contre le coronavirus et de la bataille pour le développement durable

PAM/Giulio d’Adamo
Au Tchad, les programmes d’aide alimentaire favorisent une agriculture durable et renforcent les revenus et les moyens de subsistance des populations de ce pays d’Afrique centrale

Lors d’une réunion de haut-niveau jeudi sur le financement pour le développement, plusieurs responsables des Nations Unies et gouvernementaux ont plaidé en faveur d’un appui financier plus important aux pays en développement dont la vulnérabilité a été accentuée par la pandémie de Covid-19.

Lutter contre le coronavirus tout en ne perdant pas de vue la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). C’est le double défi et la double urgence auxquels est confrontée la communauté internationale. Une urgence qu’a tenu à souligner le Secrétaire général des Nations Unies. « Si nous n’agissons pas maintenant, la pandémie de Covid-19 causera des ravages et des souffrances inimaginables dans le monde entier », a prévenu António Guterres qui s’exprimait lors d’une réunion sur le financement du développement co-organisée par le Canada et la Jamaïque.

Continuer la lecture

Yémen : les humanitaires cherchent 2,41 milliards de dollars pour maintenir l’aide en pleine pandémie de Covid-19

© UNICEF/Moohialdin Fuad
Un homme travaille sur un camion-citerne livrant de l’eau aux communautés de Sana’a, au Yémen, où l’UNICEF permet aux familles d’avoir accès à de l’eau propre pendant la pandémie Covid-19

Les agences de l’ONU et leurs partenaires mondiaux recherchent 2,41 milliards de dollars pour lutter contre la propagation de la Covid-19 au Yémen tout en continuant à soutenir les millions de personnes touchées par la pire crise humanitaire au monde.
Les dirigeants d’au moins dix-sept organisations représentant la communauté humanitaire internationale ont publié jeudi une déclaration dans laquelle ils affirment que le temps est compté pour maintenir les opérations jusqu’à la fin de l’année, dans ce pays déchiré par la guerre.
Le Yémen a enregistré son premier cas de Covid-19 au début du mois d’avril. Depuis lors, il y a eu 260 cas et 54 décès, selon les derniers chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Continuer la lecture

Covid-19 : 86 millions d’enfants supplémentaires pourraient sombrer dans la pauvreté d’ici la fin de l’année

©UNICEF/UNI289389/Nur
Yana, 12 ans, Lyubov, 10 ans, Arina, 13 ans et Daniil, 7 mois, sont assis dans le salon de leur petite maison louée à Nur-Sultan, au Kazakhstan. Les retombées économiques de la pandémie COVID-19 pourraient pousser jusqu’à 86 millions d’enfants supplémentaires dans la pauvreté des ménages d’ici la fin 2020, prévient un nouveau rapport de Save the Children et de l’UNICEF.

Le nombre d’enfants appartenant à un ménage pauvre pourrait augmenter de 86 millions à l’horizon fin 2020, soit une hausse de 15 %, en raison des conséquences économiques de la pandémie de la Covid-19, avertit une nouvelle analyse publiée jeudi par l’ONG Save the Children et UNICEF.
« La pandémie de maladie à coronavirus a entraîné une crise socioéconomique sans précédent qui obère les ressources des familles du monde entier », a déploré Henrietta Fore, Directrice générale du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) dans un communiqué.
« L’ampleur des difficultés financières qui touchent les familles menace de réduire à néant des années de progrès en matière de réduction de la pauvreté des enfants et de priver ceux-ci de services essentiels. En l’absence d’action concertée, les familles qui parviennent à peine à joindre les deux bouts pourraient sombrer dans la pauvreté et les plus pauvres d’entre elles pourraient être confrontées à un dénuement qui avait disparu depuis des décennies », a averti Mme Fore.

Continuer la lecture

Le coronavirus infecte plus de jeunes adultes en Afrique – Bureau régional de l’OMS

Photo ONU/Eskinder Debebe
Dans la ville de Bol, au Tchad, de jeunes femmes quittent l’école à la fin de leurs cours.

Même si les personnes âgées ou les malades souffrant d’autres pathologies sont les plus à risque de décéder de complications liées au nouveau coronavirus, les jeunes adultes en bonne santé peuvent aussi souffrir de formes sévères de la maladie. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ils ne sont pas à l’abri, notamment sur le continent africain.
Les jeunes adultes africains, entre 25 et 45 ans, sont généralement les plus touchés par le coronavirus sur le continent, mais beaucoup de ceux qui sont gravement malades se trouvent dans des groupes d’âge plus avancés, a déclaré jeudi le Dr Matshidiso Moeti, Directrice du Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.

Continuer la lecture

Covid-19 : neuf choses à savoir sur la menstruation et la pandémie

©UNICEF/UNI328066/Nzenze
Environ 70 % des travailleurs de la santé sont des femmes. Pour répondre efficacement à la pandémie, elles doivent non seulement avoir accès à du matériel d’hygiène menstruelle, mais aussi avoir le temps et les ressources nécessaires pour gérer leur santé menstruelle.

Les règles (ou menstruation) sont mal comprises et stigmatisées dans le monde entier et cela pourrait empirer avec la pandémie de Covid-19, ont averti jeudi le Fonds des Nations Unies pour la population et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance en cette Journée mondiale de la menstruation. A cette occasion, l’UNICEF et l’UNFPA abordent neuf points sur les règles et la pandémie, en expliquant les mesures à prendre dans chaque cas.
1. Les règles ne sont pas un signe de maladie ni un symptôme de la Covid-19
Les règles sont un phénomène sain et normal. Elles ne sont pas un signe de maladie. Actuellement, certains mythes sur le rapport entre règles et la Covid-19 circulent toutefois.

Continuer la lecture