L’ONU exhorte à s’unir contre la haine et la violence qui visent les personnes LGBTI

Matheus Affonso
Se faire entendre dans la favela. Sur le t-shirt, on peut lire Amarégay, un jeu de mots utilisant le nom de la Favela da Maré, ce qui signifie que l’amour est gay et que Maré est gay.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé les peuples du monde à soutenir le droit de vivre libres et égaux, dans un message publié dimanche à l’occasion de la Journée internationale contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie.
Cette commémoration intervient alors que le monde continue à lutter contre la pandémie de la Covid-19 qui a accru la vulnérabilité des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI).

« Déjà confrontées à des préjugés, des attaques et des meurtres simplement pour ce qu’elles sont ou ce qu’elles aiment, de nombreuses personnes LGBTI doivent faire face à une stigmatisation accrue du fait du virus, ainsi qu’à de nouveaux obstacles lorsqu’elles cherchent à se faire soigner », a déclaré M. Guterres.
« On rapporte également que les directives Covid-19 sont utilisées abusivement par la police pour cibler les personnes et organisations LGBTI », a-t-il ajouté.
En fait, la crise a aggravé la situation des personnes LGBTI, selon la Haut- Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet.
« Les personnes LGBTI sont souvent exposées à une stigmatisation, une discrimination et une violence supplémentaires, y compris lorsqu’elles cherchent à obtenir des services médicaux – et peut-être le plus triste de tous, au sein de leur propre famille pendant les confinements », a-t-elle déclaré.
« Dans certains endroits, elles sont également traitées comme des boucs émissaires pour la propagation du virus », a-t-elle ajouté.
Faisant référence au thème de la Journée internationale, Mme Bachelet a exhorté tout le monde à se dresser contre la haine et à « briser le silence » qui entoure la discrimination et la violence subies par les personnes LGBTI.
« Contrecarrons les attitudes et les récits homophobes, transphobes et biphobes qui ont un impact si dévastateur sur la vie de tant d’êtres humains dans le monde »”, a exhorté Mme Bachelet.
De son côté, le Secrétaire général a souligné qu’à mesure que la pandémie se développe, l’ONU continuera à mettre en lumière les injustices dont sont victimes les personnes LGBTI, ainsi que d’autres injustices.
« Ensemble, soyons unis contre la discrimination et pour le droit de tous à vivre libres et égaux en dignité et en droits », a-t-il conclu.