Coronavirus : forte accélération du nombre de cas aux Etats-Unis, selon l’OMS

ONU/Katya Pugacheva
Les wagons du métro de New York d’habitude bondés sont largement vides. La métropole américaine est l’épicentre de l’épidémie de coronavirus aux Etats-Unis.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde mardi sur une accélération rapide de la pandémie de Covid-19 dans le monde. Plus de 335.000 cas de contamination ont été recensés dans 189 pays et territoires dont plus de 14.600 décès.
« Le tableau de bord de l’OMS a été mis à jour pour la dernière fois la veille au soir, mais il a connu une croissance importante au cours de la nuit et de nouveaux chiffres seront bientôt publiés », a déclaré le Dr Margaret Harris, porte-parole de l’OMS lors d’une conférence de presse virtuelle à Genève. A titre de comparaison, il a fallu deux ans pour que la pire épidémie d’Ebola atteigne 11.000 décès, a rappelé la responsable de l’OMS.

L’agence onusienne souligne que ce bilan humain devrait « augmenter considérablement » au fur et à mesure que les nouveaux cas de contamination sont signalés. Selon le Dr Harris, une augmentation des tests entraînerait certainement aussi une augmentation des cas enregistrés, mais qu’il y avait également une croissance objective des cas tant en Europe qu’aux États-Unis. « Le test est certainement le meilleur moyen d’identifier tous les cas, de les isoler, de retrouver leurs contacts et, finalement, d’arrêter le virus », a-t-elle ajouté.
Prudence malgré la lueur d’espoir observée en Italie
En attendant, elle a ajouté que 85 % des cas signalés au cours des dernières 24 heures provenaient d’Europe et des États-Unis, qui sont désormais les épicentres d’une pandémie de Covid-19 qui s’est déclarée en décembre dernier en Chine avant de se propager en Europe et dans le reste du monde.
Selon le dernier rapport quotidien de l’OMS publié lundi soir, les Etats-Unis ont vu le nombre de personnes testées positifs au nouveau coronavirus et de décès doubler en 24 heures. Avec 31.573 cas d’infection cumulés et 402 morts aux États-Unis, l’OMS rappelle que la majorité des cas répertoriés pendant la nuit du lundi au mardi provenaient de ce pays. Dans le même temps, l’Europe comptabilise 195.742 cas et 10.190 décès . Pour l’agence onusienne, cette soudaine accélération des cas aux Etats-Unis pourrait s’expliquer par un meilleur dépistage.
Si l’épidémie s’accélère, des signes positifs sont perçus dans certains pays européens qui ont réussi à convaincre leur population de respecter la distanciation physique et à adopter des mesures de confinement. Mais « ces signes précurseurs positifs observés dans plusieurs pays européens sont néanmoins à considérer avec prudence », a-t-elle ajouté.
La même prudence est de mise au sujet de cette « lueur d’espoir en Italie (63.927 cas et 6.077 décès) où il y a eu moins de nouveaux cas que les jours précédents. « Mais il est encore bien trop tôt pour affirmer que le vent a tourné », a déclaré le Dr Harris. Car pour l’OMS, la situation doit être observée avec attention dans les jours à venir.
Le combat contre le Covid-19 ne se gagnera pas sans le personnel de santé
Plus globalement, l’OMS estime que de nombreux pays prennent des mesures strictes pour lutter contre le virus, dont la courbe est censée ralentir, et pour donner aux services de santé une chance de rattraper leur retard. Les tests, l’isolement, la localisation des contacts et la mise en quarantaine sont autant de mesures cruciales et indispensables que les autorités du monde entier doivent prendre.
De plus, le combat contre le Covid-19 ne se gagnera pas sans les travailleurs de la santé qui « sont les personnes les plus indispensables pour vaincre les pandémies. Mais selon le Dr Harris, il manquait 18 millions de travailleurs de la santé avant l’épidémie de Covid-19.
Pour l’OMS, les travailleurs de la santé doivent être bien protégés, correctement formés, dotés d’équipements et de conditions de travail adéquats.
Le Dr Harris a souligné l’importance d’avoir des professionnels correctement formés qui savent comment faire le tri, les tests, la communication des résultats des tests et l’isolement des patients. Tous ces éléments sont nécessaires pour briser la chaîne de transmission. « Il est non seulement important de disposer d’équipements de protection, mais aussi de disposer d’un nombre suffisant d’agents de santé pour soutenir et remplacer ceux qui sont en première ligne dans la lutte contre le virus », a conclu la porte-parole de l’OMS.