25 novembre : Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Message du Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres

L’Organisation des Nations Unies est déterminée à mettre fin à toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles.

Ces atteintes, qui comptent parmi les violations des droits de la personne les plus odieuses, les plus persistantes et les plus généralisées au monde, touchent une femme sur trois.

Il s’agit donc d’une femme de votre entourage ou de votre famille, d’une collègue ou d’une amie, voire de vous-même.

La violence sexuelle contre les femmes et les filles prend ses racines dans des siècles de domination masculine.

N’oublions pas que, fondamentalement, les inégalités entre les genres qui sous-tendent la culture du viol sont un déséquilibre des pouvoirs.

La stigmatisation, les idées fausses, l’absence de signalement et la piètre application des lois ne font que perpétuer l’impunité.

Et le viol continue d’être utilisé comme une arme de guerre monstrueuse.

Tout cela doit cesser…. et doit cesser immédiatement.

J’exhorte les pouvoirs publics, le secteur privé, la société civile et les populations de tous les pays à faire preuve de la plus grande fermeté face à la violence sexuelle et à la misogynie.

Nous devons témoigner bien plus de solidarité aux survivantes, aux militants et militantes et aux défenseurs et défenseuses des droits des femmes.

Et ils nous appartient de promouvoir les droits des femmes et l’égalité des chances.

Ensemble, nous pouvons – et nous devons – mettre fin au viol et aux agressions sexuelles de toute nature.

Je vous remercie.