Les villes concentrent les défis au développement durable mais aussi les solutions

© UNESCO
Le thème de la Journée mondiale des villes cette année : “Transformer le monde : innovations et vie meilleure pour les générations futures”.

A l’occasion de la Journée mondiale des villes qui est célébrée chaque année le 31 octobre, les Nations Unies appellent à faire des municipalités les lieux de l’innovation afin de construire une vie meilleure pour les générations futures et assurer un développement urbain durable et inclusif.
Plus de la moitié des habitants de la planète (3,9 milliards de personnes) vit actuellement dans une ville. D’ici à 2050, ce sera le cas de deux personnes sur trois, estime l’ONU. L’essentiel des logements et infrastructures dont aura besoin un monde toujours plus urbanisé reste à construire et il faudra même bâtir de nouvelles villes.

« Il s’agit là d’une occasion exceptionnelle de trouver et de mettre en œuvre des solutions qui permettent de faire face à la crise climatique et d’ouvrir la voie à un avenir durable », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un message publié pour la Journée des villes.
Villes et changement climatique sont intimement liés. Au niveau mondial, les villes consomment plus des deux tiers de l’énergie et sont à l’origine de plus de 70% des émissions de CO2. Les choix qui seront faits en matière d’infrastructures urbaines dans les décennies à venir – qu’il s’agisse d’urbanisme, de rendement énergétique, de production d’énergie ou de transports – auront une incidence décisive sur les rejets de gaz à effet de serre. « C’est bien dans les villes que se décidera l’issue de la bataille du climat », a rappelé António Guterres.
Lire aussi | Au sommet mondial des maires, l’ONU rappelle que la bataille du climat sera gagnée ou perdue dans les villes
Outre le changement climatique, les villes sont liées à d’autres défis mondiaux, tels que les inégalités ou les migrations. « Cela touche la plupart des gens, en particulier les plus vulnérables », a souligné Maimunah Mohd Sharif, la Directrice exécutive d’ONU Habitat.
« Continuer à gérer nos villes de la manière habituelle entraînera un réchauffement accru de la planète, de plus grandes montagnes de déchets, des agglomérations informelles en expansion, un trafic embouteillé et un étalement urbain non planifié et incontrôlable. En bref – les villes non-durables », a-t-elle prévenu. Un scénario catastrophe qui est exactement le contraire de l’Objectif de développement durable 11 qui vise à rendre les villes inclusives, plus sûres, durables et résilientes d’ici 2030.
Capitaliser sur l’innovation des villes
Mais les villes n’ont pas seulement une immense empreinte carbone. Elles génèrent aussi plus de 80% du produit intérieur brut mondial. Étant donné la place centrale qu’elles occupent dans l’éducation et l’entrepreneuriat, elles sont des pôles d’innovation et de créativité, où les jeunes jouent souvent un rôle moteur.
« Les villes sont des centres de créativité et d’innovation. Et dans les villes, nous pouvons appliquer ces solutions à grande échelle, pour que tous en profitent », a rappelé Maimunah Mohd Sharif.
La Directrice exécutive d’ONU Habitat souligne le besoin urgent de nouvelles idées pour transformer notre mode de vie urbain et assurer un meilleur avenir aux générations futures. « L’innovation peut nous aider à concevoir des villes plus respectueuses de l’environnement pour nos quartiers et espaces publics inclusifs, puis à créer des écosystèmes dynamiques, des pôles de biodiversité, et ainsi produire de l’énergie verte », a-t-elle rappelé.
Des transports publics électriques à l’énergie renouvelable, en passant par une meilleure gestion des déchets, nombre de solutions nécessaires pour assurer la transition vers un avenir durable et sobre en carbone existent déjà. Partout dans le monde, des villes sont en train de les mettre en pratique. « Ce changement est très encourageant, mais il faut qu’il devienne la nouvelle norme », a insisté António Guterres. Pour le Secrétaire général de l’ONU, « le moment est venu de prendre des mesures ambitieuses ».
L’UNESCO réunit 24 villes pour partager leurs expériences de développement durable
A l’occasion de la Journée mondiale des villes, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a réuni 24 municipalités de toutes les régions du monde pour partager leurs expériences et solutions pour relever les défis auxquelles elles sont confrontées.
La durabilité et l’action climatique, la régénération urbaine et l’inclusion sociale, ainsi que l’innovation technologique sont au programme des discussions organisées par l’UNESCO et ses partenaires qui mettent en avant plusieurs actions pour la construction de villes durables dont la préservation du patrimoine culturel et la régénération urbaine, l’éducation et l’apprentissage tout au long de la vie, la résilience aux catastrophes et gestion des ressources naturelles, la culture et la créativité, les progrès des technologies de l’information et de la communication et la lutte contre la discrimination.
L’UNESCO mène des recherches et soutient des programmes urbains depuis de nombreuses années, ajoutant une perspective pluridisciplinaire et internationale au débat sur le développement urbain. L’agence onusienne participe également à des programmes centrés sur les communautés urbaines qui promeuvent des changements positifs sur le terrain.
Célébrée chaque année le 31 octobre, la Journée mondiale des villes vient clore le mois « d’octobre urbain », qui vise à mieux faire connaître les problèmes et les succès que rencontrent les villes, ainsi que la question de la durabilité urbaine.
« La Journée mondiale des villes est une occasion de rappeler que si les villes sont nos principaux défis, elles seront également les lieux où nous trouverons des solutions », a rappelé la cheffe d’ONU Habitat, Maimunah Mohd Sharif.