Assemblée générale des Nations Unies : les 5 grands sommets à suivre

Photo ONU/Kim Haughton
Devant le siège de l’ONU à New York, l’Assemblée générale des Nations Unies fait la promotion de son débat général annuel avec le hashtagh de ses acronymes en anglais (archive)

Comme chaque année fin septembre, les yeux du monde entier se tournent vers New York, où les dirigeants mondiaux viennent participer au débat général qui marque l’ouverture de la nouvelle session de l’Assemblée générale des Nations Unies.
Outre les discours habituels des chefs d’État et de gouvernement, cinq sommets et réunions de haut niveau auront lieu, qui porteront sur de nombreux défis auxquels le monde d’aujourd’hui est confronté.
1. Action pour le climat
Le chef de l’ONU, António Guterres, a fait de la lutte contre la crise climatique l’une de ses priorités. En convoquant le Sommet de l’action pour le climat, le 23 septembre, M. Guterres a pour ambition de renforcer l’ambition et de faire en sorte que les pays tiennent les engagements internationaux qu’ils ont pris pour lutter contre le réchauffement climatique, dans le cadre de l’Accord de Paris de 2015.

Le sommet réunira des gouvernements, le secteur privé, la société civile, des autorités locales et d’autres organisations internationales afin d’élaborer des solutions ambitieuses dans six domaines :
• Transition mondiale vers les énergies renouvelables
• Infrastructures et villes durables et résilientes
• Agriculture durable
• Gestion des forêts et des océans
• Résilience et adaptation aux impacts climatiques
• Alignement des financements publics et privés sur une économie ayant zéro émission nette
Le Secrétaire général a invité les dirigeants à se rendre au sommet avec des plans concrets, plutôt que de grands discours, et espère que l’événement démontrera que les économies abandonnent les combustibles fossiles et adoptent les sources d’énergie propres et renouvelables : « Je veux entendre sur la manière dont nous allons arrêter l’augmentation des émissions d’ici 2020 et réduire considérablement les émissions pour atteindre des émissions nettes zéro d’ici le milieu du siècle ».
Reconnaissant la manière dont les jeunes imposent l’action pour le climat à l’ordre du jour international, un Sommet des jeunes sur le climat aura lieu le 21 septembre. Il servira de plate-forme aux jeunes militants, innovateurs et entrepreneurs qui mènent des actions en faveur du climat pour présenter leurs solutions au siège des Nations Unies et rencontrer des décideurs internationaux.
2. Faire de la couverture maladie universelle une réalité
Le même jour que le Sommet pour l’action pour le climat, l’ONU organisera la toute première réunion de haut niveau sur la couverture sanitaire universelle, avec pour thème « Travaillons ensemble pour bâtir un monde plus sain ». Selon l’ONU, il s’agira de la plus importante réunion politique jamais tenue sur la couverture maladie universelle.
Avec au moins la moitié de la population mondiale n’ayant pas accès aux services de santé essentiels dont elle a besoin et les coûts de la santé faisant sombrer chaque année près de 100 millions de personnes dans l’extrême pauvreté, la réunion est présentée comme la meilleure occasion d’obtenir l’engagement politique des chefs d’État et de gouvernement à donner la priorité à la couverture maladie universelle, à investir dans celle-ci et à garantir la santé pour tous.
Tous les pays se sont engagés à mettre en place une couverture sanitaire universelle d’ici 2030, incluant une protection contre les risques financiers, des services de soins de santé de haute qualité et un accès à des médicaments et vaccins essentiels sûrs, efficaces, de qualité et abordables.
3. Atteindre les Objectifs de développement durable
Le Programme de développement durable à l’horizon 2030, le projet ambitieux pour transformer notre monde, stimuler la prospérité et assurer le bien-être de tous, tout en protégeant l’environnement, est divisé en 17 Objectifs de développement durable, ou ODD.
Parmi ceux-ci figurent un engagement à :
• Eliminer la pauvreté et la faim ; élargir l’accès à la santé, à l’éducation, à la justice et à l’emploi
• Promouvoir une croissance économique inclusive et durable
• Protéger la planète de la dégradation de l’environnement et atténuer la crise climatique
Le sommet sur les objectifs de développement durable, qui se tiendra les 24 et 25 septembre, sera le premier du genre depuis l’adoption du Programme en 2015 et permettra d’accélérer les progrès concernant les 17 objectifs et leurs cibles.
L’ONU a constaté des progrès au cours des quatre dernières années, mais avertit que les conflits, les changements climatiques, le manque d’accès aux services de santé essentiels, les inégalités croissantes et les déficits de financement importants ont limité l’impact des efforts mondiaux. Les personnes laissées pour compte continuent de souffrir le plus, y compris celles des petits États insulaires en développement (PEID), des pays les moins avancés (PMA) et des pays en développement sans littoral.
4. Financement du développement
Aucun des objectifs ne peut être atteint sans argent, mais lever un financement suffisant est un défi majeur. Les risques croissants liés à la dette et les mesures restrictives pour le commerce signifient que les investissements essentiels au Programme 2030 restent sous-financés.
Le Dialogue de haut niveau sur le financement du développement, qui se tiendra le 26 septembre, réunira des dirigeants des secteurs gouvernemental, économique et financier afin de dégager les ressources et les partenariats nécessaires et d’accélérer les progrès.
On estime que la réalisation des ODD nécessiterait des investissements annuels d’environ 5.000 à 7.000 milliards de dollars dans tous les secteurs. Le Secrétaire général de l’ONU plaide pour un environnement permettant des investissements à long terme dans le développement durable, afin de promouvoir la santé et le bien-être des gens, et de la planète.
5. Petits États insulaires en développement
Le dernier des cinq sommets est l’examen de haut niveau à mi-parcours de la ‘Voie SAMOA’, qui a lieu cinq ans après la conclusion d’un accord ambitieux, visant à soutenir le développement durable dans les petits États insulaires en développement.
Ces Etats font partie des pays les plus vulnérables du monde, confrontés à un ensemble unique de problèmes liés à leur petite taille, leur éloignement, leur exposition aux chocs économiques externes et aux défis environnementaux mondiaux, y compris les impacts du changement climatique.
L’examen portera sur les progrès réalisés dans la lutte contre les effets dévastateurs du changement climatique, le renforcement de la résilience économique et environnementale et d’autres défis. Ces questions figureront également en bonne place dans les quatre autres sommets de la même semaine.
Les gouvernements, le secteur privé, la société civile, le monde universitaire et un large éventail d’autres parties prenantes seront encouragés à créer de nouveaux partenariats afin de faire progresser la mise en œuvre des domaines prioritaires de la ‘Voie SAMOA’ et des Objectifs de développement durable dans les petits États insulaires en développement.