Journée de l’alphabétisation : l’ONU rappelle l’importance de la langue et de sa diversité

Photo ONU/Kibae Park
Un enfant s’exerce à écrire à l’école à Tachilek, au Myanmar

Les Nations Unies ont célébré dimanche la Journée internationale de l’alphabétisation, l’occasion de rappeler que l’alphabétisation relève de la dignité et des droits humains et qu’elle est le fondement de l’autonomisation des individus et du développement inclusif et durable.
Le thème de la Journée cette année est « Alphabétisation et multilinguisme ». C’est l’occasion de repenser l’importance fondamentale de la langue et de sa diversité pour les individus et la société.

En dépit des progrès réalisés, les problèmes d’alphabétisation persistent, répartis inégalement entre les pays et les populations.
Selon l’ONU, la prise en compte de la diversité linguistique dans le développement de l’éducation et de l’alphabétisation est essentielle pour relever les défis dans le monde d’aujourd’hui, où le multilinguisme est de plus en plus répandu avec une mobilité humaine accrue.
La contribution du multilinguisme au développement de sociétés inclusives
Le multilinguisme contribue au développement de sociétés inclusives qui permettent à de multiples cultures, visions du monde et systèmes de connaissances de coexister et d’évoluer. Il est également caractéristique de nombreuses populations marginalisées et en danger.
La Journée internationale de l’alphabétisation est célébrée par le monde entier chaque année le 8 septembre et rassemble les gouvernements, la société civile et l’ensemble des acteurs concernés.
Le concept d’une Journée internationale dédiée à l’alphabétisation a vu le jour à Téhéran, en Iran, lors du Congrès mondial des ministres de l’Éducation sur l’élimination de l’analphabétisme en septembre 1965.
L’alphabétisation est au cœur du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de ses objectifs. Adoptés en septembre 2015, les objectifs de développement durable promeuvent l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, ainsi que des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. L’une des cibles de l’objectif 4 est de veiller, d’ici à 2030, « à ce que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes, hommes et femmes, sachent lire, écrire et compter ».