Mali : l’heure est à la sécurité des civils et à la lutte contre l’impunité, selon un expert de l’ONU

MINUSMA/Mikado FM
L’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme au Mali, Alioune Tine, s’est déclaré extrêmement préoccupé par la détérioration continue de la sécurité et de la situation humanitaire dans le nord et le centre du pays.

« Le cercle vicieux de la violence meurtrière liée aux conflits communautaires persiste et conduit à de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire », a affirmé Alioune Tine dans un communiqué.
M. Tine a exhorté l’administration qui a pris ses fonctions le 5 mai à adopter une approche globale et coordonnée pour lutter contre l’impunité et prévenir de nouvelles violences et autres exactions.
Selon lui, le Mali est confronté à des défis complexes et multiformes — sécuritaires, politiques, humanitaires, sociaux, économiques et écologiques — qui doivent être traités rapidement avec efficacité et succès.

Les dirigeants politiques maliens doivent aussi être unis pour faire face aux défis qui menacent l’État et la société.
« Le gouvernement doit prendre des mesures fermes pour mettre un terme définitif aux violences cruelles, récurrentes et féroces, ainsi qu’aux violations graves des droits de l’homme. Une approche multisectorielle est essentielle : renforcer le fonctionnement du pouvoir judiciaire et la lutte contre l’impunité sont des éléments essentiels de la prévention de la violence », a précisé l’expert.
M. Tine a également appelé la communauté internationale à renforcer son engagement envers l’État malien afin de l’aider à remplir ses obligations, en particulier en ce qui concerne la situation humanitaire.
Il a noté que le Plan d’intervention humanitaire de 2019 pour le Mali n’est financé qu’à hauteur de 12%.