La formation des Casques bleus est un investissement nécessaire et stratégique, plaide le chef de l’ONU

MONUSCO
Des Casques bleus du bataillon ghanéen servant au sein de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) se préparent à partir en patrouille dans la capitale Kinshasa en décembre 2015

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a plaidé mardi devant le Conseil de sécurité en faveur d’un plus grand investissement dans la formation des Casques bleus pour les aider à affronter des environnements souvent hostiles et dangereux.
« La formation sauve des vies », a déclaré M. Guterres à l’ouverture d’un débat au Conseil consacré à la formation et au renforcement des capacités des opérations de maintien de la paix. « Nos Casques bleus sont déployés dans des environnements de plus en plus complexes et souvent hostiles. La formation les prépare à leurs tâches vitales de maintien de la paix et améliore leurs performances. Et nous avons que l’amélioration des performances réduit les décès ».

« La formation est un investissement nécessaire et stratégique dans le maintien de la paix – et une responsabilité partagée entre les États membres et le Secrétariat », a rappelé le chef de l’ONU.
Dans cinq missions à haut risque, en République démocratique du Congo (MONUSCO), au Darfour (MINUAD), au Soudan du Sud (MINUSS), en République centrafricaine (MINUSCA) et au Mali (MINUSMA), des visites d’appui à la formation ont été effectuées, a précisé M. Guterres.
« Nous organisons également des exercices d’évacuation des victimes, des tests de résistance et des exercices de gestion de crise dans ces cinq missions », a-t-il indiqué, ajoutant que le renforcement de la formation médicale était un autre élément clé.
Pour aider à faire face à la menace d’engins explosifs improvisés et à d’autres dangers, l’Organisation collabore avec les pays contributeurs de troupes et de forces de police pour veiller à ce que les unités rejoignant les missions aient suivi une formation préalable au déploiement conforme aux normes des Nations Unies.
« Nous mettons également un accent renouvelé sur la formation en mission pour faire en sorte que nos soldats de la paix bénéficient du soutien nécessaire sur le terrain », a souligné M. Guterres, ajoutant que l’ONU souhaitait développer le recours à des équipes de formation mobiles.
Le Secrétaire général a encouragé les États membres à envoyer ce type d’équipes pour fournir un soutien ciblé et flexible aux missions de maintien de la paix.
Il a également a indiqué que l’ONU s’efforçait d’augmenter le nombre de femmes déployées dans les opérations de paix.
Des lacunes dans la manipulation des armes, les premiers secours, les droits de l’homme et la protection
Alors que l’une des priorités est la conduite et la discipline des Casques bleus, M. Guterres s’est dit encouragé par le fait que le nombre d’allégations d’exploitation et de violence sexuelles dans le maintien de la paix semble diminuer.
De manière générale, M. Guterres a estimé que des progrès notables avaient été faits en matière de formation. Il s’est en particulier félicité des partenariats triangulaires développés entre le Secrétariat des Nations Unies, des États membres dotés de compétences et de ressources et des États membres qui déploient des Casques bleus.
Le Secrétaire général a toutefois estimé que des lacunes dans la formation subsistaient dans des domaines critiques tels que la manipulation des armes, les premiers secours, les droits de l’homme et la protection.
« Pour assurer la durabilité à long terme des partenariats et des initiatives triangulaires, je demande instamment aux États membres d’envisager un financement accru, des contributions en nature sous forme d’équipement et le recours à des formateurs », a-t-il déclaré.
Dans une déclaration publiée mardi par la Présidence du Conseil de sécurité, qui est occupée en mai par l’Indonésie, les membres du Conseil ont accueilli avec satisfaction les efforts déployés par le Secrétaire général, dans le cadre de son initiative intitulée « Action pour le maintien de la paix », pour engager tous les partenaires et toutes les parties prenantes à accroître l’efficacité du maintien de la paix des Nations Unies.
Ils se sont également félicités de la décision prise par la Réunion ministérielle des Nations Unies sur le maintien de la paix, la Conférence des chefs d’état-major des Nations Unies et le Sommet des chefs de police des Nations Unies d’apporter un plus grand appui aux opérations de maintien de la paix, notamment dans le domaine de la formation et du renforcement des capacités.