Mali : l’ONU condamne l’attaque meurtrière contre trois soldats de la paix

MINUSMA, Mali, Secrétaire Général, Antonio Guterres, Mali, Conseil de Sécurité

Photo MINUSMA/Gema Cortes
Des Casques bleus de la MINUSMA en patrouille dans la région de Mopti, au Mali, en décembre 2018.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a présenté ses plus profondes condoléances aux familles des disparus et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Il exprime aussi sa solidarité avec le peuple et le Gouvernement guinéens.
Le patron de l’ONU met en garde que les attaques contre les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre et appelle les autorités maliennes à ne ménager aucun effort pour identifier et rapidement traduire en justice les auteurs de cette attaque.

Le Secrétaire général réitère la détermination de la MINUSMA à continuer à mettre en oeuvre son mandat en soutien au peuple et au Gouvernement du Mali dans leur quête pour la paix.
De son côté, le Conseil de sécurité, dans une Déclaration à la presse du Conseil de sécurité a également condamné l’attaque contre des casques bleus de la MINUSMA.
Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leurs plus sincères condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’à la Guinée et à la MINUSMA. Ils ont souhaité un prompt et complet rétablissement au soldat de la paix blessé. Ils ont rendu hommage aux soldats de la paix qui risquent leur vie.
Les Quinze ont appelé le gouvernement malien à enquêter rapidement sur cet attentat et à traduire les responsables en justice.
Soutien réitéré à la MINUSMA
Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur soutien total au Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali et chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, aux autres forces de sécurité au Mali et dans la région du Sahel.
Ils ont aussi exprimé leur préoccupation face à la situation sécuritaire au Mali et à la dimension transnationale de la menace terroriste dans la région du Sahel. Ils ont exhorté les parties maliennes à mettre pleinement en œuvre l’Accord sur la paix et la réconciliation au Mali («l’Accord») sans plus tarder.
Enfin, les membres du Conseil de sécurité ont souligné que ces actes odieux ne mineraient pas leur détermination à continuer d’appuyer le processus de paix et de réconciliation au Mali.