Niger : 88 civils tués et plus de 18.000 déplacés par Boko Haram en un mois à Diffa (ONU)

Niger, OCHA, Lac Tchad, Aide alimentaire

OCHA / Franck Kuwonu
De nombreuses familles ont fui le nord-est du Nigeria touché par l’insurrection de Boko Haram pour trouver refuge au Niger. Elles ont désespérément besoin de nourriture car leurs communautés d’accueil à Diffa, au Niger, n’en ont pas toujours assez pour elles.

Quatre-vingt-huit civils ont été tués dans le sud-est du Niger dans des attaques du groupe djihadiste Boko Haram, qui ont contraint plus de 18.000 personnes à fuir leurs villages dans le seul mois de mars 2019, a indiqué aujourd’hui l’ONU
« 21 attaques contre des civils et les forces militaires ont été enregistrées dans la région en mars 2019, avec un bilan de 12 enlèvements et 88 morts parmi les civils », a déclaré au cours d’un point de presse à Genève, Jens Laerke, le porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).
La région de Diffa est actuellement affectée par une détérioration rapide de la situation sécuritaire consécutive aux activités des

Continuer la lecture

L’ONU plaide en faveur d’une refonte du système financier mondial pour un développement durable

ODD, DESA, OMC, Banque Mondiale, FMI

Banque mondiale / Dominic Chavez
Des personnes vivant dans un bidonville à Dhaka, la capitale du Bangladesh.

Faute d’un remaniement des systèmes financiers nationaux et internationaux, les gouvernements du monde entier échoueront dans leurs engagements liés à la lutte contre le changement climatique et à l’éradication de la pauvreté d’ici 2030, prévient un nouveau rapport publié par l’ONU et d’autres organisations internationales, dont le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce.
Dans ce rapport, intitulé Financement du développement durable 2019, ces organisations internationales notent toutefois avec satisfaction que les investissements se sont renforcés dans certains pays et que l’intérêt porté aux investissements durables a augmenté.

Continuer la lecture

Burkina Faso : forte hausse du nombre de personnes déplacées au cours des trois dernières semaines (OCHA)

Burkina Faso, OCHA, Sahel

Photo OCHA
Un enfant jouant dans le camp de déplacés de Barsalogho, au Burkina Faso, en mars 2019.

Le nombre de personnes déplacées au Burkina Faso a augmenté de 18% ces trois dernières semaines, a indiqué le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) dans son bulletin humanitaire en date du 2 avril.
Les violences et attaques armées dans les régions burkinabè de l’Est, du Nord, du Centre-Nord et du Sahel ont causé « une urgence humanitaire sans précédent », souligne OCHA. 135.000 personnes sont actuellement déplacées à l’intérieur du pays. Les deux-tiers d’entre elles l’ont été rien que depuis le début de cette année.

Continuer la lecture

Sahel : une sécurité durable requiert une pleine application de l’accord de paix au Mali (ONU)

Conseil de sécurité, Mali, MINUSMA

Photo MINUSMA/Harandane Dicko
Une patrouille de la police de l’ONU dans la région de Menaka, au nord-est du Mali.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est réjoui mercredi des progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’Accord de paix au Mali mais a déploré le retard dans l’application de plusieurs dispositions du texte.
Dans une déclaration de presse publiée mercredi, le Conseil a souligné qu’une paix et une sécurité durables au Sahel ne pourront être instaurées sans « l’application intégrale, effective et sans exclusive » de l’Accord, ainsi qu’une coopération étroite entre les parties.
Le Conseil « a pris note avec satisfaction » de certains progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation au Mali depuis l’investiture du Président Ibrahim Boubacar Keïta le 4 septembre 2018. Il reconnaît que les mesures prises au cours des huit derniers mois ont été plus nombreuses que pendant les premières années suivant la signature de l’Accord, qui se sont caractérisées par un rythme de mise en œuvre lent.

Continuer la lecture

Mali : l’ONU condamne l’attaque meurtrière contre l’armée malienne dans la région de Mopti

Action pour le climat, Changement climatique, Jeunes, Accord de Paris, Antonio Guterres

PAM : Alexandre Brecher-Dolivet
Un village dans la région de Mopti, dans le centre du Mali (archive)

Tôt dimanche matin, les FAMAs ont essuyé une attaque engendrant de lourdes pertes humaines dans le village de Dioura situé dans le cercle de Tenenkou, à une centaine de kilomètres au nord-est de la ville de Mopti.
Dans le cadre de son entraide avec les Forces de défense de la sécurité du Mali (FDSM), la MINUSMA a organisé dans la journée l’évacuation médicale de plusieurs blessés.
« Je condamne dans les termes les plus forts cette attaque contre les FAMAs qui sans nul Continuer la lecture

Les bénéfices de la participation des femmes au pouvoir sont incontestables (ONU)

Politiques, 73ème AG, CSW63, Femmes, Leadership, Dirigeantes

UN Photo/Evan Schneider La Présidente de l’Assemblée générale, María Fernanda Espinosa Garcés, lance les travaux de la réunion de haut niveau “Les femmes au pouvoir”, le 12 mars 2019.

Au deuxième jour des travaux de la 63ème session de la Commission de la Condition de la Femme (CSW), un évènement de haut niveau a été organisé pour soutenir l’égalité des femmes et leur participation politique et l’exercice du pouvoir, au Siège de l’ONU à New York.
« Nous sommes confrontées à un revers et l’événement d’aujourd’hui est essentiel pour renverser cette situation », a déclaré la Présidente de l’Assemblée générale des Nations Unies, en inaugurant les travaux de la réunion « Les femmes au pouvoir ».

Continuer la lecture

Au Conseil de sécurité, la Côte d’Ivoire présente ses efforts pour préserver la paix

Cçote d'Ivoire, Conseil de Sécurité, Consolidation de la Paix, Maintien de la Paix, ONUCI, DDR, Réconciliation

Photo: ONU/Loey Felipe
L’Ambassadeur Léon Kacou Adom, Représentant permanent de la Côte d’Ivoire à l’ONU lors d’une réunion du Conseil de sécurité en juillet 2018.

Le représentant ivoirien auprès de l’ONU, dont le pays est membre non permanent du Conseil de sécurité, a rendu compte mardi de la visite effectuée par une délégation du Conseil en Côte d’Ivoire mi-février.
Dans le cadre d’une mission en Afrique de l’Ouest, une délégation du Conseil de sécurité s’est rendue les 14 et 15 février en Côte d’Ivoire puis en Guinée Bissau. Une mission organisée à l’initiative de la Guinée Equatoriale et de la Côte d’Ivoire – deux des trois membres africains du Conseil dont la présidence est assurée ce mois-ci par Malabo.

Continuer la lecture

Conseil des droits de l’homme : une présidence sénégalaise sous le signe de l’Afrique

Conseil des DRoits de l'HOmme, UNOG, Inégalités

Photo ONU/Elma Okic Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève.

Il faut faire en sorte « que l’Afrique s’engage encore davantage au sein du Conseil des droits de l’homme et que la coopération avec les Nations Unies pour la promotion et la protection des droits de l’homme soit renforcée ».
Dans un entretien accordé à ONU Info, le nouveau Président du Conseil des droits de l’homme de l’ONU entend placer le continent africain au cœur de ses priorités, « en vue d’une meilleure prise en compte des préoccupations des populations africaines en matière de promotion et de protection des droits de l’homme ».

Continuer la lecture

Mali : l’ONU condamne l’attaque meurtrière contre trois soldats de la paix

MINUSMA, Mali, Secrétaire Général, Antonio Guterres, Mali, Conseil de Sécurité

Photo MINUSMA/Gema Cortes
Des Casques bleus de la MINUSMA en patrouille dans la région de Mopti, au Mali, en décembre 2018.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a présenté ses plus profondes condoléances aux familles des disparus et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Il exprime aussi sa solidarité avec le peuple et le Gouvernement guinéens.
Le patron de l’ONU met en garde que les attaques contre les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre et appelle les autorités maliennes à ne ménager aucun effort pour identifier et rapidement traduire en justice les auteurs de cette attaque.

Continuer la lecture

L’ONU et l’Union africaine demandent aux partenaires de la RCA de soutenir la mise en oeuvre de l’accord de paix

République centrafricaine, RCA, Jean Pierre Lacroix, Opération de maintien de la Paix, Smail Chergui, Union africaine, MINUSCA, Accord de paix, Pafait Onanga-Anyanga

Photo ; ONU / Loey Felipe Conférence de presse sur la RCA de Jean-Pierre Lacroix (à droite), Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, et Smaïl Chergui, Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine

Les Nations Unies et l’Union africaine ont plaidé vendredi auprès des partenaires de la République centrafricaine (RCA) pour un soutien accru à ce pays afin que la mise en œuvre de l’accord de paix signé le 6 février soit un succès.
« Nous avons une grande opportunité de ramener la paix en République centrafricaine et à ses habitants », a déclaré le chef du Département des opérations de paix des Nations Unies, Jean-Pierre Lacroix, lors d’une conférence de presse conjointe avec le Commissaire de l’Union africaine (UA) pour la paix et la sécurité, Samil Chergui, à l’issue d’une réunion du Groupe international de soutien à la RCA au siège de l’ONU à New York.
Le 6 février 2019, le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés ont signé à Bangui un accord de paix et de réconciliation, après plus de dix jours de pourparlers à Khartoum, au Soudan, sous l’égide de l’UA et avec l’appui des Nations Unies.
« Aujourd’hui, ce que nous voulions vraiment souligner, c’est la nécessité d’agir rapidement et de soutenir l’accord politiquement mais aussi très concrètement », a dit M. Lacroix. « Ce matin, nous avons eu une réunion avec les partenaires de la République centrafricaine. Nous avons mis l’accent sur les éléments clés de l’accord, nous avons diffusé un calendrier provisoire soulignant les mesures clés prévues par l’accord et les actions déjà entreprises pour soutenir la mise en œuvre de ces mesures ».
« Mais nous avons également insisté sur la nécessité d’un soutien supplémentaire et nous avons été heureux d’entendre les partenaires, les partenaires clés, les donateurs, dire qu’ils sont prêts à apporter leur soutien et nous nous en félicitons », a encore dit le chef des opérations de paix. « Mais le temps presse et notre engagement commun est également essentiel pour assurer le retour de la paix en République centrafricaine ».
Smail Chergui a estimé pour sa part que l’accord de paix signé le 6 février est « différent de ceux signés auparavant », car il traite principalement des causes profondes du conflit et des mesures spécifiques à prendre en termes de sécurité, de justice, d’inclusivité, et de répartition équitable de la richesse entre toutes les régions du pays.
« Plus important encore pour cet accord, nous avons des mécanismes de soutien robustes », a ajouté le Commissaire de l’UA. Selon lui, la réunion vendredi du Groupe international de soutien à la RCA a été encourageante. « Nous avons reçu un soutien écrasant pour l’accord et sa mise en œuvre », a-t-il dit.
Jeudi, lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en République centrafricaine, le Représentant spécial du Secrétaire général pour ce pays, Parfait Onanga-Anyanga, avait souligné que l’accord de paix ne devait pas faire oublier que la situation restait grave. Il avait jugé que le plus dur restait à venir et que le vrai test était la mise en œuvre intégrale et de bonne foi de l’accord de paix.