ONU : Se retirer de la Cour pénale internationale nuit à la justice pour tous

Le siège de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. Photo ONU/Rick Bajornas

Alors que le Burundi, l’Afrique du Sud et la Gambie ont annoncé leur intention de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI), le Conseiller spécial de l’ONU pour la prévention du génocide, Adama Dieng, estime que dénoncer le Statut de Rome nuit à la justice internationale pour tous.
Le mois de juillet 2017 marquera le quinzième anniversaire de l’entrée en vigueur du Statut de Rome portant création de la CPI.
«La négociation et l’adoption du Statut de Rome demeurent l’une des plus importantes réalisations du siècle dernier en matière de lutte contre l’impunité. Depuis l’adoption du Statut, plus de la moitié des États de la planète sont devenus membres de la Cour. Trente-quatre États parties sont africains, ce qui constitue le plus grand groupe régional à ce jour», souligne M. Dieng dans un point de vue publié dans The East African. Continuer la lecture

Un continent plein d’espoir : Par António Guterres, Secrétaire général de l’ONU

António Guterres, Secrétaire général de l’ONU

Trop souvent, l’Afrique est vue à travers le prisme des problèmes qu’elle connaît. Moi, quand je pense à l’Afrique, je vois un continent à l’énorme potentiel, plein d’espoir et de promesses.
Je compte bien tirer parti de ces points forts et mettre en place un cadre de coopération plus ambitieux entre l’Organisation des Nations Unies et les dirigeants et peuples de l’Afrique. C’est indispensable pour permette un développement durable sans exclusive et approfondir la collaboration dans les domaines de la paix et de la sécurité.
Tel était le message que j’ai voulu porter lors du récent Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, ma première grande mission en tant que Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies.
C’est d’abord dans un esprit d’entière solidarité et plein de respect que je me suis rendu en Afrique. Je suis convaincu que le monde a beaucoup à apprendre de la sagesse de l’Afrique, de ses idées et des solutions qu’elle a su trouver. Continuer la lecture

L’ONU appelle à redoubler d’efforts pour lutter contre les mutilations génitales féminines

Les femmes de Samburu, au Kenya, se rassemblent pour des discussions publiques où elles disent publiquement non aux mutilations génitales féminines. Photo UNICEF/Samuel Leadismo

A l’occasion de la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé lundi 06 février 2017 à redoubler d’efforts pour lutter contre cette violation inqualifiable des droits fondamentaux, dans l’intérêt de toutes les femmes et les filles concernées, de leurs communautés, et de notre avenir à tous.
«Les mutilations génitales féminines privent les femmes et les filles de leur dignité, mettent leurs jours en danger et provoquent des souffrances inutiles dont les conséquences peuvent durer toute une vie voire être mortelles», a dit M. Guterres dans un message pour marquer cette journée.
«Il ne peut y avoir de développement durable sans la réalisation pleine et entière des droits fondamentaux des femmes et des filles. Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 a pour objectif de mettre un terme à ces pratiques d’ici à 2030», a-t-il ajouté. Continuer la lecture

Message du Secrétaire général de l’ONU, à l’occasion de la Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines, le 6 février 2017

Les mutilations génitales féminines privent les femmes et les filles de leur dignité, mettent leurs jours en danger et provoquent des souffrances inutiles dont les conséquences peuvent durer toute une vie voire être mortelles. Il ne peut y avoir de développement durable sans la réalisation pleine et entière des droits fondamentaux des femmes et des filles. Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 a pour objectif de mettre un terme à ces pratiques d’ici à 2030. En cette Journée internationale de la tolérance zéro, profitons de l’élan positif et engageons-nous, ensemble, à redoubler d’efforts pour lutter contre cette violation inqualifiable des droits fondamentaux, dans l’intérêt de toutes les femmes et les filles concernées, de leurs communautés, et de notre avenir à tous.

Les mesures américaines suspendant la réinstallation de réfugiés devraient être levées, selon le chef de l’ONU

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, devant la presse. Photo ONU/Manuel Elias

Réagissant à la récente suspension par les Etats-Unis de leur programme de réinstallation des réfugiés, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré mercredi 1er février 2017 que la réinstallation est souvent «la seule solution possible» pour les personnes fuyant les conflits et les persécutions, et que la politique américaine «devrait être supprimée tôt ou tard».
Interrogé par des journalistes sur l’impact du décret signé par le Président américain Donald Trump le 27 janvier, qui suspend notamment le programme américain de réinstallation des réfugiés pendant 120 jours, interdit l’entrée de réfugiés de sept pays majoritairement musulmans pendant 90 jours et suspend l’entrée des Syriens indéfiniment, le chef de l’ONU a déclaré que la réinstallation est «indispensable» et que «les États-Unis ont toujours été à l’avant-garde de la protection des réfugiés». Continuer la lecture

Le Secrétaire général se félicite de la coopération renforcée avec l’Union africaine et l’IGAD

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres (à droite), rencontre le Président du Soudan du Sud, Salva Kiir, au 28e Sommet de l’Union africaine, à Addis-Abeba, en Ethiopie. Photo ONU/Antonio Fiorente

De retour d’une visite en Ethiopie où il a participé à un Sommet de l’Union africaine (UA), le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est félicité mercredi 1er février 2017 de la coopération renforcée des Nations Unies avec l’UA et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), qui regroupe six pays d’Afrique de l’Est.
S’exprimant devant la presse au siège de l’ONU à New York, M. Guterres a expliqué que l’un des objectifs de sa participation au Sommet d’Addis-Abeba était «d’établir un mécanisme solide de coopération entre l’organisation sous-régionale IGAD, l’Union africaine et l’ONU afin d’être en mesure de tout faire pour éviter le pire au Soudan du Sud et ramener le pays sur la voie de la paix». Continuer la lecture

Fonds CERF : Contribution de 7 millions de dollars pour la réponse humanitaire au Mali en 2017

Fonds CERF : Contribution de 7 millions de dollars pour la réponse humanitaire au Mali en 2017
Le Mali est un des neuf pays sélectionnés dans le cadre du premier cycle d’allocations 2017 du Fonds central de réponse aux urgences (CERF) pour le volet «urgences sous-financées». L’annonce a été faite par le Secrétaire Général des Nations Unies en marge du Sommet de l’Union Africaine à Addis-Abeba. Sur l’enveloppe totale de 100 millions de dollars (USD) annoncée, 7 millions de dollars sont attribués au Mali pour soutenir des programmes d’aide aux populations dans les zones touchées par le conflit et la violence dans le nord et le centre du pays.
«Je me réjouis de cette importante contribution» a déclaré la Coordonnatrice de l’action humanitaire au Mali, Mbaranga Gasarabwe. «Ces fonds vont soutenir la mise en œuvre de programmes destinés à fournir une aide essentielle à des milliers de personnes parmi les plus vulnérables au pays», a-t-elle ajouté. Continuer la lecture

Le chef de l’ONU s’inquiète des décisions qui portent atteinte à l’intégrité du régime de protection des réfugiés

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Photo Forum économique mondial/Boris Baldinger (archives)

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est inquiété mardi 31 janvier 2017 des décisions qui, à travers le monde, portent atteinte à l’intégrité du régime international de protection des réfugiés.
«Les réfugiés fuyant les conflits et les persécutions sont confrontés de plus en plus à des frontières fermées et à un accès de plus en plus restreint à la protection dont ils ont besoin et ont le droit de recevoir, conformément au droit international des réfugiés», a dit M. Guterres dans une déclaration publiée par son porte-parole. Continuer la lecture

L’ONU octroie 100 millions de dollars pour les crises les plus négligées dans le monde

Le Sud de Madagascar a été frappé par plusieurs sécheresses consécutives. Photo FAO/Luc Genot

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a octroyé 100 millions de dollars tirés du Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) des Nations Unies pour soutenir les opérations d’aide dans neuf situations d’urgence négligées.
Cet argent est destiné à aider plus de 6 millions de personnes dans des crises où les niveaux de vulnérabilité sont alarmants, mais où le financement demeure extrêmement bas. Ces pays incluent le Cameroun, la République populaire démocratique de Corée (RPDC), la Libye, Madagascar, le Mali, le Niger, le Nigéria, la Somalie et l’Ouganda.
«Le CERF est une bouée de sauvetage pour les personnes prises dans des crises qui ne font pas les gros titres mais où les besoins sont tout aussi urgents», a déclaré le Secrétaire général. «Ce financement est crucial pour que l’ONU et les partenaires puissent continuer à aider les personnes qui ont besoin de notre aide. Je remercie tous les États Membres et les donateurs qui ont rendu cela possible». Continuer la lecture

L’ONU encourage les jeunes à participer à la mise en œuvre des objectifs de développement durable

Le sixième Forum de la jeunesse organisé par le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC). Photo ONU/Rick Bajornas

A l’occasion du sixième Forum de la jeunesse organisé par le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), deux hauts responsables des Nations Unies ont encouragé les jeunes à s’impliquer dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté en septembre 2015 par les Etats membres des Nations Unies.
«Rien qu’en étant ici, vous montrez que vous vous souciez des questions de pauvreté, de chômage, de changement climatique, d’inégalité, d’injustice», a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres dans un message vidéo à l’adresse des jeunes participants à ce forum.
«Vous, vos amis et les jeunes du monde entier vivent ces réalités. À l’échelle mondiale, 74 millions de jeunes ne peuvent trouver un emploi. Les conflits détruisent les familles et poussent un nombre record de jeunes hors de chez eux. Même là où règne la paix, les jeunes souffrent de violence et de discrimination», a-t-il ajouté. Continuer la lecture