Archives de l’auteur : Adama Koné

La CPI condamne le Malien Al-Mahdi à verser 2,7 millions d’euros à la ville de Tombouctou

Ahmad Al Faqi Al Mahdi (à gauche) à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. Photo ICC-CPI

La Cour pénale internationale (CPI) a ordonné au Malien Ahmad Al-Faqi Al-Mahdi, qui a été condamné l’an dernier à neuf ans de prison pour son rôle dans la destruction de monuments historiques et religieux à Tombouctou, au Mali, à verser des réparations financières à la communauté de cette ville.
Les juges de la Chambre de première instance VIII de la CPI, qui siège à La Haye, aux Pays-Bas, « ayant conclu qu’Ahmad Al Mahdi avait dirigé intentionnellement des attaques contre des bâtiments à caractère religieux et historique dans Tombouctou », ont fixé à 2,7 millions d’euros sa responsabilité au titre des réparations individuelles et collectives à verser à la communauté de cette ville.
Relevant qu’Ahmad Al Mahdi est indigent, la Cour a encouragé le Fonds au profit des victimes à compléter les réparations ordonnées.
A l’ouverture de son procès le 22 août 2016, Al-Mahdi avait plaidé coupable du crime de guerre consistant à avoir attaqué 10 monuments à caractère religieux et historique à Tombouctou entre le 30 juin environ et le 11 juillet 2012.

Continuer la lecture

Mali : l’ONU condamne des attaques contre la MINUSMA à Douentza et Tombouctou

Des Casques bleus à l’extérieur de Ber, au nord-est de Tombouctou, au Mali. Photo: MINUSMA / Marco Dormino (archive)

 

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné lundi soir des attaques contre des camps de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à Douentza et à Tombouctou, au cours desquelles un Casque bleu des Nations Unies, un soldat malien et un gendarme malien ont été tués, ainsi que six contractuels maliens. Plusieurs autres personnes ont été blessées lors de ces attaques.

« Le Secrétaire général souligne que les attaques visant les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international », a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse.

Guterres a présenté ses condoléances au gouvernement du Mali, ainsi qu’aux familles des victimes. Il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

« Le Secrétaire général salue les efforts importants du Mali et des autres membres du Groupe des cinq pays du Sahel (G5 Sahel) pour combattre le terrorisme et l’extrémisme violent et promouvoir la paix et le développement dans la région », a ajouté le porte-parole.

Continuer la lecture

Burkina Faso : le chef de l’ONU condamne une attaque terroriste à Ouagadougou

Un panneau faisant la promotion de la paix à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Photo IRIN/Chris Simpson

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné lundi 14 août, une attaque terroriste perpétré le 13 août à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Selon les informations rapportées par la presse, au moins 18 personnes ont été tuées dans cette attaque ayant visé un café du centre de la capitale burkinabè. Deux assaillants ont été tués par les forces de l’ordre, selon les autorités burkinabè. L’attaque a eu lieu à quelques centaines de mètres seulement d’un autre café qui avait été frappé par un précédent attentat en janvier 2016 qui avait fait 30 morts.

« Le Secrétaire général exprime ses plus sincères condoléances au gouvernement et au peuple du Burkina Faso et souhaite un prompt rétablissement aux blessés », a indiqué son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse publiée lundi.

Continuer la lecture

Mali : un Casque bleu et un soldat malien tués lors d’une attaque dans la région de Mopti

Des Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Photo MINUSMA/Marco Dormino

Un Casque bleu de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et un membre des forces armées maliennes ont été tués lundi 14 août 2017, lors d’une attaque contre des camps de la MINUSMA à Douenza, dans la région de Mopti, par des hommes armés non identifiés.

Un autre Casque bleu a été légèrement blessé, a précisé la Mission dans un communiqué de presse.

Continuer la lecture

En Ouganda, le ‘Sommet de la solidarité’ envers les réfugiés récolte 358 millions de dollars de promesses, selon l’ONU


Le ’Sommet de la solidarité’ à Kampala, en Ouganda. Le Secrétaire général António Guterres (au centre) co-préside le sommet avec le Président ougandais Yoweri Museveni (à droite) et le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi (à gauche). Photo ONU/Mark Garten

Le ‘Sommet de la solidarité’ envers les réfugiés organisé par l’Ouganda avec le soutien des Nations Unies a récolté vendredi 23 juin 2017, 358 millions de dollars de promesses de la part des bailleurs de fonds, a annoncé l’ONU.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré aux journalistes qu’il s’agissait d’un « bon point de départ » même si l’objectif de la conférence internationale était de recueillir 2 milliards de dollars pour répondre aux besoins humanitaires des réfugiés et des communautés d’accueil pour les quatre prochaines années.

Ce sommet, présidé par le Président ougandais Yoweri Museveni et le Secrétaire général, intervient alors que la population de réfugiés en Ouganda a plus que doublé en un an, passant de 500.000 à plus de 1,25 million, en grande partie en raison de l’afflux de personnes fuyant la violence et l’instabilité au Soudan du Sud.

M. Guterres, qui a visité jeudi le camp d’Imvepi dans le nord de l’Ouganda, où il a rencontré des réfugiés sud-soudanais et des représentants des autorités locales, a noté que la Banque mondiale et la Banque africaine de développement avaient promis un « financement innovant » pour des projets impliquant à la fois les réfugiés et les communautés locales.

Continuer la lecture

Le chef de l’ONU se félicite du soutien apporté par le Conseil de sécurité à la force conjointe du G5 Sahel

Le camp de réfugiés de Mbera, en Mauritanie, dans la région du Sahel (archives). Photo PAM/Justin Smith

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a salué vendredi 23 juin, l’adoption le 21 juin, de la résolution 2359 (2017) par le Conseil de sécurité, estimant qu’il s’agissait de la première étape du soutien à la décision du Groupe des cinq pour le Sahel (G5) de mettre en place une force conjointe pour lutter contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée, en coordination avec les forces nationales et internationales.

Le G5 Sahel, créé en 2014 et qui inclut le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, a adopté une résolution le 6 février 2017 dans laquelle il a décidé de créer une force conjointe. C’est par un communiqué du 13 avril 2017 que le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a entériné le concept stratégique des opérations et autorisé le déploiement de la FC G5S.

Continuer la lecture

Résolution 2359 (2017) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 7979e séance, le 21 juin 2017

Le Conseil de sécurité,
Rappelant ses résolutions 2295 (2016), 2253 (2015) et 2227 (2015),

Rappelant qu’il a la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale,

Affirmant son ferme attachement à la souveraineté, à l’indépendance, à l’unité et à l’intégrité territoriale du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad,

Se déclarant toujours préoccupé par la dimension transnationale de la menace terroriste dans la région du Sahel, ainsi que par les graves défis que représentent la criminalité transnationale organisée dans la région du Sahel, notamment le trafic d’armes et de stupéfiants, le trafic de migrants, la traite d’êtres humains, et les liens qui se développent, dans certains cas, entre cette criminalité et le terrorisme, et soulignant que la responsabilité de lutter contre ces menaces et de relever ces défis incombe aux pays de la région,

Continuer la lecture

La Côte d’Ivoire, un exemple en matière de désarmement, démobilisation et réintégration

Un Casque bleu de l’ONUCI inspecte des armes remises par des miliciens dans le cadre du processus de DDR en Côte d’Ivoire (archives). Photo ONU/Ky Chung

Au cours des trois dernières décennies, le désarmement, la démobilisation et la réintégration (DDR) d’anciens combattants ont joué un rôle clé dans la prévention de la violence, la stabilisation et le soutien aux processus politiques, a affirmé lundi au nom du Secrétaire général de l’ONU, la Haut-Représentante des Nations Unies pour les affaires de désarmement, Izumi Nakamitsu.

Lors d’une table ronde de haut niveau organisée au siège de l’ONU à New York, Mme Nakamitsu a souligné que le DDR est devenu partie intégrante des opérations de paix à travers le monde, en mettant en exergue l’exemple de la Côte d’Ivoire.

« Cette contribution cruciale au maintien de la paix se manifeste par des programmes de DDR réussis, comme en témoigne les cas de l’Amérique centrale, de l’Angola, de la Sierra Leone, du Libéria et, bien sûr, de la Côte d’Ivoire », a dit la Haut-Représentante au nom du chef de l’ONU, António Guterres. Elle a précisé que le DDR est devenu une partie intégrante des opérations de paix à travers le monde.

Continuer la lecture

Mali : le chef de l’ONU condamne l’attaque terroriste contre un hôtel près de Bamako

Des Casques bleus au Mali. Photo MINUSMA/Harandane Dicko (archives)

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné mardi 20 juin 2017, l’attaque terroriste menée contre un hôtel dans la périphérie de Bamako, la capitale du Mali, le 18 juin.

Selon la presse, quatre civils et un membre des forces de sécurité maliennes ont été tués lors de cette attaque revendiquée par un groupe lié à Al Qaïda, et une dizaine d’autres personnes blessées. Quatre assaillants ont été tués.

M. Guterres a présenté ses condoléances aux personnes endeuillées et aux familles des victimes, ainsi qu’au peuple malien et au gouvernement du Mali et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Continuer la lecture

Le chef de l’ONU réclame un débat rationnel concernant les migrations

Photo ONU/Evan Schneider Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres (à droite), lors d’une conférence de presse à New York.

En cette Journée mondiale des réfugiés, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a réclamé mardi un débat rationnel concernant les migrations, insistant sur le respect des droits humains tout en traitant les problèmes liés à la mobilité humaine.

« J’appelle à un débat rationnel en matière de migrations. Bien sûr, les pays ont le droit d’appliquer leurs propres politiques migratoires, mais ils doivent le faire dans le plein respect des droits de l’homme, tout en développant des politiques de coopération capables de résoudre les problèmes de mobilité humaine », a déclaré M. Guterres lors d’une conférence de presse au siège de l’ONU à New York.

Il a rappelé que la situation a considérablement changé aujourd’hui quand il la compare avec la période pendant laquelle il était Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, de 2005 à 2015.

Continuer la lecture