Archives de l’auteur : Adama Koné

Security Council Press Statement on Mali, 6 October 2017

The members of the Security Council heard a briefing on 5 October 2017 by the Special Representative of the Secretary-General (SRSG) for Mali and Head of the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA), Mahamat Saleh Annadif, on the situation in Mali.
The members of the Security Council welcomed the signing on 20 September 2017 by the Plateforme and Coordination armed groups, with the support of the Government of Mali, the international mediation team and the SRSG, of a series of commitments including an immediate, comprehensive and definitive cessation of hostilities, following the repeated violations of the ceasefire since the beginning of June 2017. They called upon the Plateforme and Coordination armed groups to strictly adhere to this commitment.

Continuer la lecture

Session d’information et d’échange sur la 72ème Assemblée générale de l’ONU

Une vue des représentants des media à la rencontre

Dans le cadre de la tenue de la 72ème Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), ouverte le mardi 12 septembre 2017 à New York, le Centre d’Information des Nations Unies (CINU), en partenariat avec le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur a organisé ce mardi 19 septembre dans la salle de Conférence du CINU, une rencontre d’information et d’échange avec les media.
L’objectif de cette rencontre était de « briefer » les medias sur les enjeux de cette session et la participation du Burkina Faso.
Animée par Messieurs Hermann Toé, de la Direction des Organisations internationales du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’Extérieur et Emile Kaboré du CINU, cette rencontre a réuni une trentaine de journalistes.

Mali : le Conseil de sécurité crée un régime de sanctions applicables à ceux qui entravent l’accord de paix

Des Casques bleus de MINUSMA patrouillent dans les rues de Kidal, au Mali. Photo: MINUSMA / Sylvain Liechti

À la demande du Mali, le Conseil de sécurité a décidé mardi de créer un régime de sanctions ciblées contre « ceux qui dressent des obstacles » à l’application de l’Accord pour la paix et la réconciliation dans ce pays, dont les « fragiles avancées réalisées jusqu’à présent » sont mises en « péril ».
En adoptant à l’unanimité de ses quinze membres la résolution 2374 (2017), le Conseil, agissant en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, a frappé d’interdiction de voyager et soumis à un gel des avoirs des individus et des entités qui seront ultérieurement identifiés par un comité de sanctions, lequel sera secondé par un groupe d’experts.
Aux termes de ce texte, il est décidé que tous les États membres doivent, pour une période initiale d’un an, « prendre les mesures nécessaires pour empêcher l’entrée ou le passage en transit sur leur territoire des personnes […] désignées par le Comité », à quelques exceptions près, notamment lorsque le voyage se justifie par des raisons humanitaires, « y compris un devoir religieux ».
Également pour une période initiale d’un an, tous les États membres doivent geler immédiatement les « fonds et autres avoirs financiers et ressources économiques » se trouvant sur leur territoire en la possession ou sous le contrôle direct ou indirect des personnes ou entités que le Comité désignera.

Continuer la lecture

Mali : la MINUSMA se félicite de la condamnation à 10 ans de prison de l’ancien chef de la police islamique à Gao

Des policiers de l’ONU en patrouille dans les rues de Gao, au Mali. Photo MINUSMA/Marco Dormino

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a salué lundi 21août 2017, la condamnation à 10 ans de réclusion criminelle, rendue vendredi dernier par la Cour d’assises de Bamako, d’Aliou Mahamane Touré, ancien commissaire islamique de Gao, pour association de malfaiteurs, détention illégale d’armes de guerre et de munitions, atteinte à la sureté interieure et coups et blessures aggravés.

M. Toué a été en effet impliqué dans de nombreux abus de droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire entre 2012 et 2013 dans la région de Gao, dans le nord du pays.

La MINUSMA s’est réjoui que les garanties pour un procès juste et équitable aient été respectées et que des mesures de réparation aient été accordées aux victimes.

« Ce procès marque un pas encourageant dans la lutte contre l’impunité au Mali, et constitue un signal d’espoir pour toutes les nombreuses victimes d’abus et de violation graves de droits de l’homme commis à partir de 2012 », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général au Mali et chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, dans un communiqué de presse.

La Mission entend poursuivre son appui aux autorités maliennes et aux associations de défense des droits de l’homme aux fins d’accélérer l’ensemble des dossiers encore en attente, pour une justice équitable et diligente.

Continuer la lecture

Tchad : le PAM va pouvoir continuer son assistance dans le Sahel grâce à une contribution du Japon

Un site de personnes déplacées à Mellia, au Tchad. Photo OCHA/Ivo Brandau

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies au Tchad a salué lundi 21 août 2017, la contribution du Japon s’élevant à 2,6 millions de dollars pour fournir une assistance alimentaire à 177.000 personnes vulnérables vivant dans le Sahel au Tchad, dont beaucoup ne savent pas d’où viendra leur prochain repas.

Le financement aidera le PAM à distribuer des rations sous la forme d’un panier de céréales, de légumineuses, d’huile et de sel à 62.500 familles tchadiennes dans le besoin, de la bande sahélienne, ainsi que des demi-rations à 114.500 réfugiés soudanais vivant dans des camps de l’est du Sahel depuis plus d’une décennie.

 

Continuer la lecture

La CPI condamne le Malien Al-Mahdi à verser 2,7 millions d’euros à la ville de Tombouctou

Ahmad Al Faqi Al Mahdi (à gauche) à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. Photo ICC-CPI

La Cour pénale internationale (CPI) a ordonné au Malien Ahmad Al-Faqi Al-Mahdi, qui a été condamné l’an dernier à neuf ans de prison pour son rôle dans la destruction de monuments historiques et religieux à Tombouctou, au Mali, à verser des réparations financières à la communauté de cette ville.
Les juges de la Chambre de première instance VIII de la CPI, qui siège à La Haye, aux Pays-Bas, « ayant conclu qu’Ahmad Al Mahdi avait dirigé intentionnellement des attaques contre des bâtiments à caractère religieux et historique dans Tombouctou », ont fixé à 2,7 millions d’euros sa responsabilité au titre des réparations individuelles et collectives à verser à la communauté de cette ville.
Relevant qu’Ahmad Al Mahdi est indigent, la Cour a encouragé le Fonds au profit des victimes à compléter les réparations ordonnées.
A l’ouverture de son procès le 22 août 2016, Al-Mahdi avait plaidé coupable du crime de guerre consistant à avoir attaqué 10 monuments à caractère religieux et historique à Tombouctou entre le 30 juin environ et le 11 juillet 2012.

Continuer la lecture

Mali : l’ONU condamne des attaques contre la MINUSMA à Douentza et Tombouctou

Des Casques bleus à l’extérieur de Ber, au nord-est de Tombouctou, au Mali. Photo: MINUSMA / Marco Dormino (archive)

 

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné lundi soir des attaques contre des camps de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à Douentza et à Tombouctou, au cours desquelles un Casque bleu des Nations Unies, un soldat malien et un gendarme malien ont été tués, ainsi que six contractuels maliens. Plusieurs autres personnes ont été blessées lors de ces attaques.

« Le Secrétaire général souligne que les attaques visant les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international », a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse.

Guterres a présenté ses condoléances au gouvernement du Mali, ainsi qu’aux familles des victimes. Il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

« Le Secrétaire général salue les efforts importants du Mali et des autres membres du Groupe des cinq pays du Sahel (G5 Sahel) pour combattre le terrorisme et l’extrémisme violent et promouvoir la paix et le développement dans la région », a ajouté le porte-parole.

Continuer la lecture

Burkina Faso : le chef de l’ONU condamne une attaque terroriste à Ouagadougou

Un panneau faisant la promotion de la paix à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Photo IRIN/Chris Simpson

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a condamné lundi 14 août, une attaque terroriste perpétré le 13 août à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Selon les informations rapportées par la presse, au moins 18 personnes ont été tuées dans cette attaque ayant visé un café du centre de la capitale burkinabè. Deux assaillants ont été tués par les forces de l’ordre, selon les autorités burkinabè. L’attaque a eu lieu à quelques centaines de mètres seulement d’un autre café qui avait été frappé par un précédent attentat en janvier 2016 qui avait fait 30 morts.

« Le Secrétaire général exprime ses plus sincères condoléances au gouvernement et au peuple du Burkina Faso et souhaite un prompt rétablissement aux blessés », a indiqué son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse publiée lundi.

Continuer la lecture

Mali : un Casque bleu et un soldat malien tués lors d’une attaque dans la région de Mopti

Des Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Photo MINUSMA/Marco Dormino

Un Casque bleu de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et un membre des forces armées maliennes ont été tués lundi 14 août 2017, lors d’une attaque contre des camps de la MINUSMA à Douenza, dans la région de Mopti, par des hommes armés non identifiés.

Un autre Casque bleu a été légèrement blessé, a précisé la Mission dans un communiqué de presse.

Continuer la lecture

En Ouganda, le ‘Sommet de la solidarité’ envers les réfugiés récolte 358 millions de dollars de promesses, selon l’ONU


Le ’Sommet de la solidarité’ à Kampala, en Ouganda. Le Secrétaire général António Guterres (au centre) co-préside le sommet avec le Président ougandais Yoweri Museveni (à droite) et le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi (à gauche). Photo ONU/Mark Garten

Le ‘Sommet de la solidarité’ envers les réfugiés organisé par l’Ouganda avec le soutien des Nations Unies a récolté vendredi 23 juin 2017, 358 millions de dollars de promesses de la part des bailleurs de fonds, a annoncé l’ONU.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré aux journalistes qu’il s’agissait d’un « bon point de départ » même si l’objectif de la conférence internationale était de recueillir 2 milliards de dollars pour répondre aux besoins humanitaires des réfugiés et des communautés d’accueil pour les quatre prochaines années.

Ce sommet, présidé par le Président ougandais Yoweri Museveni et le Secrétaire général, intervient alors que la population de réfugiés en Ouganda a plus que doublé en un an, passant de 500.000 à plus de 1,25 million, en grande partie en raison de l’afflux de personnes fuyant la violence et l’instabilité au Soudan du Sud.

M. Guterres, qui a visité jeudi le camp d’Imvepi dans le nord de l’Ouganda, où il a rencontré des réfugiés sud-soudanais et des représentants des autorités locales, a noté que la Banque mondiale et la Banque africaine de développement avaient promis un « financement innovant » pour des projets impliquant à la fois les réfugiés et les communautés locales.

Continuer la lecture