Climat : au G20, Guterres plaide pour la réussite de la COP24 et une mobilisation internationale accrue

Changement climatique-COP24-G20-Chine-France-Action pour le changement-France

CINU Argentine
Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors d’un point de presse durant le sommet du G20 à Buenos Aires aux côtés des chefs des diplomaties chinoise, Wang Li et française, Jean-Yves le Drian.

Au premier jour du sommet du G20 en Argentine, le chef de l’ONU a souligné l’urgence de l’action pour le climat et salué le leadership de la France et de la Chine dans ce domaine.
« Permettez-moi d’être très clair : nous sommes confrontés à une véritable urgence », a déclaré vendredi le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, lors d’un point de presse à Buenos Aires aux côtés des chefs des diplomaties française, Jean-Yves le Drian, et chinoise, Wang Li.
Dans la capitale argentine où il participe au sommet du G20, le Secrétaire général a rappelé que le changement climatique progresse à grande vitesse et que l’action pour le climat fait parti d’un projet plus vaste pour une mondialisation plus juste.

A Buenos Aires, Guterres défend le G20 et plaide pour une mondialisation juste
« Nous sommes confrontés à des conséquences dramatiques pour la vie de nombreuses personnes dans le monde, en particulier dans les situations les plus vulnérables, et à des perspectives très tragiques pour la fin du siècle si nous ne sommes pas en mesure d’accroître notre engagement et notre ambition », a dit M. Guterres alors que la conférence de l’ONU sur le climat (COP24) doit débuter ses travaux dimanche à Katowice, en Pologne.
« Katowice doit réussir », a martelé le Secrétaire général. « Nous devons donner à Katowice l’élan nécessaire pour que la communauté internationale affiche une ambition accrue pour que, notamment en 2020, les engagements pris à Paris soient renouvelés ».
La veille, le chef de l’ONU avait indiqué que l’Accord de Paris sur le climat devait être pleinement respecté. « Mais il ne suffit pas de respecter les engagements pris par les pays dans l’Accord de Paris », avait-il prévenu. L’objectif affiché pour la COP24 est de faire en sorte que la hausse des températures dans le monde soit nettement inférieure à 2 degrés Celsius et aussi proche que possible de 1,5 degré Celsius jusqu’à la fin de ce siècle.
« À Katowice, il reste beaucoup de travail à faire », a reconnu M. Guterres. Sur la base du principe selon lequel les responsabilités sont communes mais différenciées en tenant compte des capacités nationales, le chef de l’ONU a souligné que la communauté internationale doit parvenir à un accord sur les directives de mise en œuvre de l’Accord de Paris. « Nous devons également déployer des efforts considérables pour nous assurer que les engagements pris en matière de financement vont effectivement dans la bonne direction », a ajouté le Secrétaire général.
Action pour le climat : l’ONU salue le leadership de la France et de la Chine
A Buenos Aires, le Secrétaire général a salué l’engagement de la France et de la Chine pour leur action en faveur du climat à un moment particulièrement critique.
« Dans (les) pays (les plus vulnérables), le leadership que la France et la Chine ont apporté dans la lutte contre le changement climatique est absolument crucial et je suis extrêmement heureux que les deux pays se soient rencontrés quelques jours à peine avant Katowice pour réaffirmer leur engagement et leur leadership », s’est félicité M. Guterres.
Le chef de l’ONU a également remercié le président français Emmanuel Macron et le premier ministre jamaïcain Andrew Holness pour avoir pris les rênes de la mobilisation de la communauté internationale en vue d’établir une « vision claire » du Sommet sur le climat qu’il organisera en septembre 2019. « La clarté sur les 100 milliards de dollars absolument nécessaires pour assurer que nous sommes en mesure de soutenir les pays en développement dans leurs besoins d’atténuation et d’adaptation (face au changement climatique) », a-t-il précisé.
À Katowice, M. Guterres estime qu’il sera possible de réaffirmer un ferme engagement pour accroitre l’ambition en matière d’action pour le climat.
Pour le Secrétaire général, le fait que la France et la Chine soient aujourd’hui ensemble dans l’action pour le climat envoie un message extrêmement important à la communauté internationale : « nous voulons vraiment nous assurer que le changement climatique n’avancera pas plus vite que nous et que nous serons capables de gagner cette bataille pour l’avenir de l’humanité et pour une planète en bonne santé ».