Pour accroître l’efficacité de ses missions de paix, l’ONU recrute davantage de femmes officiers de police

Maintien de Paix-Femme-Police-Haïti-RDC-Soudan du Sud

ONU Info
Fernanda Santos, officier de police au sein de Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS)

Pour être plus efficaces, les missions de maintien de la paix des Nations Unies ont besoin de recruter davantage de femmes au sein de leurs effectifs de police, a insisté mardi devant le Conseil de sécurité un haut responsable de l’ONU.
« Une approche plus réactive sur la parité des sexes dans le domaine de la police augmente l’efficacité de notre travail car cela nous permet d’aider l’ensemble de la population – hommes, femmes, garçons et filles. Une manière de contribuer à ces efforts serait de recruter davantage de femmes policières », a expliqué Alexandre Zouev, le Sous-Secrétaire général des Nations Unies chargé de l’Etat de droit et des institutions de sécurité au sein du Département des opérations de maintien de la paix.

« En outre, les femmes policières peuvent guider et inspirer d’autres femmes appelées à occuper des postes de commandement au sein de la police, ainsi qu’augmenter l’accès à la justice pour les femmes et les enfants à risque, et améliorer la collecte et l’analyse d’information auprès des groupes vulnérables », a-t-il ajouté.
M. Zouev a indiqué que la police des Nations Unies avait intensifié ses efforts pour accroître le nombre de femmes au sein de ses effectifs. Un plan d’action a été élaboré avec des objectifs précis à atteindre en termes de nombre de femmes à recruter pour les postes contractuels et en détachement dans les missions sur le terrain et au siège d’ici décembre 2028.
Selon lui, ces efforts portent déjà leurs fruits : le nombre de femmes à la tête des composantes de police dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies atteint désormais 40%.
Toutefois, malgré ces avancées, les postes à hautes responsabilités au sein de la police souffrent toujours d’une sous-représentation des femmes. Pour remédier à cela, la Division de la police a organisé des cours de formation et de développement professionnels pour des femmes policiers appelées à occuper des postes de commandement au sein de la police. Ces cours ont permis d’identifier plus de 140 femmes officiers potentiellement éligibles pour ce type de postes.
Le Sous-Secrétaire général était accompagné à cette réunion par les Commissaires de police des missions des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO), en Haïti (MINUJUSTH) et au Soudan du Sud (MINUSS).
La Commissaire de police au sein de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), Unaisi Lutu Vuniwaqa, a ainsi expliqué aux membres du Conseil de sécurité les efforts de la composante police de la MINUSS pour une approche sensible au genre dans la manière dont elle met en œuvre son mandat de protection des civils.
La MINUSS a ainsi récemment déployé une unité de police mixte composée de 50% de femmes.
« Des éléments de preuve indiquent que les femmes officiers de police et les unités de police mixtes agissent comme un catalyseur favorisant la confiance, encourageant les victimes de violences sexuelles à signaler les incidents et permettant aux civils de partager des informations stratégiques », a dit la Commissaire Vuniwaqa.
Elle a indiqué avec fierté que la MINUSS emploie aujourd’hui le plus grand nombre de femmes officiers de police parmi les missions de maintien de la paix. Les femmes représentent ainsi 22% de la composante police de cette mission.