Tchad : l’ONU engagée à aider le gouvernement à extraire la population de la pauvreté

Tchad -Lac Tchad - PNUD- OCHA

ONU Info/Dan Dickinson
Des femmes du lac Tchad ont reçu de nouveaux filets de la part du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) afin de pouvoir attraper davantage de poissons.

L’Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Achim Steiner, et le chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Mark Lowcock, sont arrivés samedi soir au Tchad depuis le Nigeria.
La mission des deux hauts responsables onusiens vise à renforcer l’agenda humanitaire et de développement au Tchad et dans les autres pays du bassin du lac Tchad (Niger, Nigeria et Cameroun).

« Le Tchad (…) fait face à de grands problèmes de développement et à des besoins humanitaires, mais reste stable et accueille généreusement des réfugiés », a déclaré dimanche M. Lowcock sur son compte Twitter, soulignant que « les agences onusiennes sont prêtes à soutenir les efforts du gouvernement pour extraire les populations de la pauvreté ».
Dès leur arrivée à N’Djamena, M.M. Steiner et Lowcock ont rencontré Issa Doubragne, le Ministre de l’économie et de la planification du Tchad. La question du lien entre l’humanitaire et le développement a été au cœur de cet échange, précise le bureau du PNUD au Tchad.
Au cours de cette rencontre, M. Doubragne a salué la qualité des investissements du PNUD et d’OCHA au Tchad. « Vos équipes font un excellent travail ici sur le terrain », a dit le Ministre tchadien à ses interlocuteurs onusiens, « mais elles ne disposent pas de suffisamment de fonds pour investir dans des projets ».
« Sans OCHA, vous ne pouvez pas coordonner l’action humanitaire et sans le PNUD, il est difficile d’orienter les actions de développement », a dit le Ministre tchadien lors d’un entretien à la chaîne de télévision Ouest-TV après sa rencontre avec M.M. Steiner et Lowcock. « Nous ne pouvons ignorer le développement et nous consacrer uniquement aux urgences », a ajouté M. Doubragne.
Dimanche matin, M.M. Steiner et Lowcock ont visité un centre de nutrition à N’Djamena. Un centre qui, selon le Bureau du PNUD au Tchad, constitue un exemple concret d’action humanitaire qui doit être lié à l’action de développement.