L’ONU invite les Etats à redoubler d’efforts pour appliquer sa stratégie de lutte contre le terrorisme

© HCR/Ivor Prickett
Des civils à Mossoul, en Iraq, après un attentat suicide à la voiture piegée

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté mardi par consensus une résolution dans laquelle elle invite les Etats membres à redoubler d’efforts pour mettre en œuvre la stratégie des Nations Unies de lutte contre le terrorisme, qui a été adoptée en 2006 et est révisée tous les deux ans.
Dans ce texte, l’Assemblée générale « réitère sa condamnation ferme et sans équivoque du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations, commises par qui que ce soit, où que ce soit et à quelque fin que ce soit ».

Elle « réaffirme la Stratégie mondiale des Nations Unies de lutte contre le terrorisme et ses quatre piliers » et invite les États membres, les Nations Unies et les autres organisations internationales, régionales et sous-régionales appropriées « à redoubler d’efforts pour appliquer la Stratégie de manière intégrée et équilibrée et sous tous ses aspects ».
La résolution invite les États qui ne l’ont pas encore fait à envisager de devenir parties aux conventions et protocoles internationaux existants contre le terrorisme et encourage les États membres « à associer les communautés locales et les acteurs non gouvernementaux concernés à l’élaboration de stratégies adaptées pour contrer le discours extrémiste violent pouvant inciter au recrutement de groupes terroristes et à la perpétration d’actes terroristes ».
L’Assemblée générale encourage également les États membres et autres acteurs concernés à mettre en place des mécanismes pour impliquer les jeunes dans la promotion d’une culture de paix, de tolérance, de dialogue interculturel et interreligieux et à développer des programmes d’éducation susceptibles de décourager leur participation à des actes de terrorisme.
Avant l’adoption de la résolution, le Président de l’Assemblée générale, Miroslav Lajčák, a expliqué que la Stratégie n’était pas une formule magique ni un ouvrage de lutte contre le terrorisme.
« Le terrorisme est quelque chose de complexe, qui évolue et donc une approche unique ne fonctionnera jamais : chaque pays, chaque gouvernement va répondre au terrorisme à sa façon, mais aucun pays ne pourra le faire seul et aucun pays n’est immunisé contre ce fléau », a-t-il dit. C’est pourquoi il faut coopérer et définir une vision d’ensemble, a estimé M. Lajčák.
« Depuis le 11 septembre 2001 nous cherchons à définir le rôle à assumer par les Nations Unies dans la lutte contre ce fléau, y compris pour mettre en place des directives pratiques pour les autorités nationales », a-t-il expliqué ajoutant que grâce à l’initiative du Secrétaire général, il existe un nouveau Bureau de lutte contre le terrorisme.
« Ne sous-estimons pas la menace qui pèse sur nous », a ensuite averti le Président de l’Assemblée générale. Il ne s’agit pas d’une guerre classique même si Daech et Al Qaïda ont été affaiblis, a-t-il précisé en soulignant que ces groupes s’adaptent et que, par conséquent, il ne faut pas devenir complaisant.
« Essayons d’être le plus efficace possible et mettons en commun nos compétences pour envoyer un message fort : le terrorisme international sera combattu sur tous les fronts », a-t-il conclu.