A un Sommet des chefs de la police, l’ONU souligne le rôle essentiel des Bérets bleus

Photo MINUSCA
Un officier de police du Togo mène une évaluation conjointe de la situation sécuritaire à Bangassou, dans l’est de la République centrafricaine.

De hauts responsables policiers du monde entier sont réunis cette semaine au siège de l’ONU pour réfléchir à l’avenir des composantes de police déployées dans les missions de maintien de la paix de l’ONU.
Ces responsables participent à un Sommet des Nations Unies des chefs de la police (UNCOPS) qui dure deux jours et vise à renforcer les relations entre les Nations Unies et les forces de police nationales afin notamment d’intensifier la réponse globale aux menaces transnationales pour la paix et la sécurité.

Plus de 11.000 officiers de police de 89 pays participent actuellement à 16 opérations des Nations Unies dans le monde et seulement 10% d’entre eux sont des femmes.
Dans son discours à la cérémonie d’ouverture jeudi, Jean-Pierre Lacroix, chef du Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU, a rendu hommage à l’héroïsme et la bravoure de ces hommes et femmes appelés Bérets bleus.
« Nos collègues de la Police des Nations Unies opèrent dans des conditions politiques et de sécurité difficiles. De plus en plus, nos Bérets bleus servent dans des contextes où il n’y a pas de règlement politique négocié en place », a-t-il dit. « L’horizon politique à long terme, dans des endroits comme le Soudan du Sud, le Mali et la République démocratique du Congo (RDC), n’est pas clair ».
M. Lacroix a indiqué que le maintien de la paix dans son ensemble est soumis à des conditions de plus en plus dangereuses, telles que la menace que représentent les groupes armés et extrémistes.
Et même si le maintien de la paix demeure un moyen rentable de parvenir à une paix et à une sécurité durable, il n’est pas toujours considéré comme une priorité.
Dans un entretien à ONU Info, le Conseiller pour les questions de police des Nations Unies, Luis Carrilho, a souligné le rôle essentiel de la police des Nations Unies pour les opérations de maintien de la paix.
« La police joue un rôle essentiel dans la protection de la population, la police joue un rôle essentiel sans que cela soit un rôle politique mais on soutient aussi les objectifs politiques des missions », a plaidé M. Carrilho. « On travaille aussi à la construction de la paix. On travaille aussi pour prévenir les conflits ».
Le chef des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a demandé aux participants du Sommet de soutenir la Police des Nations Unies. Il a aussi appelé à un plus grand engagement politique, rappelant qu’il était vital d’éviter ou d’atténuer les conflits avant qu’ils ne dégénèrent en une crise ouverte.
Les pays ont également été invités à fournir un plus grand nombre d’officiers de police francophones, hommes et femmes, avec des domaines d’expertise particuliers, tels que des antécédents de lutte contre le crime organisé et les crimes graves.
Jean-Pierre Lacroix a ajouté que les femmes Casques bleus peuvent également servir de modèles et de passerelles pour les communautés, en particulier les populations vulnérables.
Alors que la sûreté et la sécurité du personnel des Nations Unies constituent un autre défi, il a déclaré que des mesures étaient prises dans ce domaine.
La police de l’ONU fait partie intégrante du maintien de la paix de l’ONU, qui célèbre son 70e anniversaire cette année. Les officiers de police aident leurs homologues nationaux dans les pays sortant d’un conflit à créer les conditions qui permettront une paix et un développement durables.
Par exemple, en Haïti, ils offrent actuellement des services de soutien et des conseils stratégiques aux cadres supérieurs et intermédiaires, tout en aidant la police du pays à établir la confiance avec les communautés locales.
La police de l’ONU a été pour la première fois déployée en 1960, au Congo de l’époque, dans le cadre d’une mission de l’ONU dont le mandat consistait à assurer le retrait des troupes belges, après l’indépendance, et aider le gouvernement à maintenir l’ordre.