Conseil des droits de l’homme : le chef de l’ONU aurait préféré que les Etats-Unis restent

Photo ONU/Elma Okic
Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève.

Suite à l’annonce par les Etats-Unis de leur retrait du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a déclaré mardi qu’il aurait préféré que ce pays reste au sein de cet organe basé à Genève.
« Le Secrétaire général aurait préféré que les États-Unis restent au Conseil des droits de l’homme. L’architecture des droits de l’homme de l’ONU joue un rôle très important dans la promotion et la protection des droits de l’homme dans le monde entier », a dit son porte-parole, Stéphane Dujarric, en réponse à des questions de journalistes.

Selon la presse, le gouvernement américain, en annonçant mardi sa décision de se retirer du Conseil des droits de l’homme, a accusé cet organe d’hypocrisie et critiqué son parti pris politique anti-Israël.
Le Conseil des droits de l’homme est un organe intergouvernemental du système des Nations Unies, composé de 47 États qui ont la responsabilité de renforcer la promotion et la protection des droits de l’homme à travers le monde.
Le Conseil a été créé par l’Assemblée générale des Nations Unies, le 15 mars 2006, avec le but principal d’aborder des situations de violations de droits de l’homme et d’émettre des recommandations à leur encontre.
Un an après avoir tenu sa première réunion, le 18 juin 2007, le Conseil a adopté sa mise en place des institutions, lui fournissant les éléments pour le guider dans ses futurs travaux. Parmi ces éléments, on trouve le mécanisme d’examen périodique universel qui permet d’évaluer les situations de droits de l’homme dans chacun des Etats membres de l’ONU.