Michael Bloomberg promet 4,5 millions de dollars pour aider l’ONU à lutter contre le changement climatique

Photo: PNUE GRID Arendal/Peter Prokosch<
Sur la côte de la mer de Wadden, dans l’État allemand du Schleswig-Holstein, la menace de l’élévation du niveau de la mer et les tentatives d’atténuer les changements climatiques en produisant de l’énergie renouvelable peuvent être étudiées de pair. L’énergie éolienne est une source importante d’électricité.

L’Envoyé spécial de l’ONU pour l’action climatique, Michael Bloomberg, a annoncé dimanche une contribution de 4,5 millions de dollars au Secrétariat des Nations Unies pour le changement climatique (CCNUCC).
Le milliardaire philanthrope et ancien maire de New York s’est engagé en juin dernier à combler le déficit de financement du Secrétariat, causé par le retrait annoncé du président américain Donald Trump de l’Accord de Paris sur le changement climatique.
La contribution sera consacrée aux opérations générales du Secrétariat, et permettra notamment d’aider les pays à atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre conformément à l’accord accepté par 193 États dans la capitale française en 2015.

Fin mars, le Congrès des États-Unis a annoncé qu’il réduirait de 4,5 millions de dollars (de 7,5 millions de dollars à 3 millions de dollars) le financement de la CCNUCC pour cette année, selon un communiqué de presse de Bloomberg Philanthropies.
M. Bloomberg a annoncé sa contribution sur le programme télévisé de la chaine américaine CBS, ‘Face the Nation’, disant que « l’Amérique s’est engagée et en tant qu’Américain, si le gouvernement ne va pas le faire, nous avons tous une responsabilité ».
Via son compte Twitter, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est déclaré être « très reconnaissant à Michael Bloomberg, non seulement pour son généreux soutien aux Nations Unies, mais aussi pour son leadership mondial sur l’action climatique».
La CCNUCC a déclaré qu’avec de nombreuses contributions des signataires de l’accord encore en suspens et une « baisse des contributions volontaires», le financement de M . Bloomberg arrivait à « un moment critique ». Il « renforce la capacité de l’ONU à soutenir les pays en développement » et permet une « action stratégique plus importante pour promouvoir l’action climatique parmi les parties prenantes, notamment les villes, les régions, les entreprises et la société civile».
La Secrétaire exécutive de la CCNUCC, Patricia Espinosa, a déclaré que « lorsque les pays ont adopté l’accord historique de Paris pour limiter la hausse des températures mondiales, ils ont également reconnu que l’atteinte de cet objectif nécessiterait une action climatique globale dans tous les secteurs publics et privés ».
« Je salue cette contribution généreuse de Bloomberg Philanthropies comme une reconnaissance importante et pratique de notre besoin de travailler ensemble et d’intensifier notre réponse au changement climatique », a-t-elle ajouté.
En dépit du retrait du gouvernement américain de l’Accord de Paris et des réductions de financement, M. Bloomberg s’est dit convaincu que les États-Unis respecteraient leur engagement d’ici 2025 de réduire les gaz à effet de serre sur un chiffre convenu. « Et si nous le faisons, j’espère que d’autres pays le feront aussi », a t’il ajouté.