Mali : l’ONU condamne une attaque contre la MINUSMA qui a tué un Casque bleu nigérien à Gao

Photo ONU/Harandane Dicko
Des Casques bleus sénégalais lors d’une patrouille de nuit à Gao, au Mali, en mai 2017.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et le Conseil de sécurité ont condamné une attaque vendredi contre un véhicule de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) qui a tué un Casque bleu nigérien à Gao, dans le nord du pays.
« Il s’agit de la seconde attaque contre la MINUSMA en deux jours », a souligné le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse publiée samedi. Une attaque jeudi contre le camp de la MINUSMA à Aguelhok dans la région de Kidal a entraîné la mort de deux Casques bleus et blessé plusieurs autres.

La MINUSMA a indiqué dans un communiqué de presse que l’attaque à Gao a eu lieu vendredi à 19 heures (heures locales), lorsque « deux hommes armés non-identifiés ont ouvert le feu sur un véhicule de la MINUSMA».
« Un Casque bleu qui occupait le véhicule a succombé à ses blessures lors de son transfert à l’hôpital », a précisé la Mission. « Une force d’intervention rapide de la MINUSMA s’est rendue sur les lieux pour sécuriser le site et rechercher les criminels en collaboration avec les forces de sécurité maliennes ».
Le Secrétaire général et le Conseil de sécurité ont exprimé leurs sincères condoléances au gouvernement du Niger et à la famille de la victime, et ont salué les hommes et femmes courageux qui servent au sein de la MINUSMA.
Le chef de l’ONU et les membres du Conseil ont appelé les autorités maliennes à enquêter rapidement et de manière approfondie sur l’incident et à en traduire les auteurs en justice. Ils ont rappelé que les attaques visant les Casques bleus peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international.
Dans leur déclaration à la presse publiée vendredi soir, les membres du Conseil de sécurité se sont aussi déclarés préoccupés par la situation sécuritaire au Mali et la dimension transnationale de la menace terroriste dans la région du Sahel. Ils ont exhorté les parties maliennes à mettre pleinement en œuvre l’Accord de paix sans plus tarder.
Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali et chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, s’est dit « outré que l’on s’en prenne une fois de plus à des soldats de la paix. Les attaques contre ceux qui œuvrent pour la paix et la sécurité au Mali sont totalement inacceptables ».
Il a précisé que cette dernière attaque porte à 102 le nombre de Casques bleus ayant été victimes d’actes hostiles depuis leur déploiement au Mali en juillet 2013.