Mali : l’ONU condamne les attaques contre la MINUSMA et les Forces armées maliennes

MINUSMA/Marco Dormino
Un soldat bangladais en patrouille en République centrafricaine (RCA), l’une des 10 missions de maintien de la paix où les Bangladais servent sous le drapeau des Nations Unies.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et le Conseil de sécurité ont fermement condamné les attaques perpétrées cette semaine contre un convoi de Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et contre les Forces armées maliennes (FAMA).
Quatre casques bleus bangladais ont été tués et quatre autres gravement blessés mercredi après-midi dans la région de Mopti suite à l’explosion d’une mine ou d’un engin explosif lors du passage de leur véhicule sur l’axe reliant Boni à Douentza. Cet incident est intervenu au lendemain d’une autre attaque à l’engin explosif improvisé dans la région de Ségou, au centre du Mali, au cours de laquelle six membres des FAMA ont été tués.

« Le Secrétaire général rappelle que les attaques visant les forces de maintien de la paix des Nations unies peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international et que leurs auteurs doivent être appréhendés et poursuivis », a indiqué son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée mercredi soir.
Dans une déclaration à la presse publiée aussi mercredi soir, les membres du Conseil de sécurité ont également appelé le gouvernement du Mali à enquêter rapidement sur cette attaque et à traduire les responsables en justice.
« Ces actes lâches n’entameront pas la détermination de la MINUSMA à soutenir les autorités maliennes dans leurs efforts pour protéger les civils et accompagner le peuple malien dans sa quête pour la paix et la stabilité », a souligné le porte-parole du Secrétaire général.
Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré leur soutien entier au Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, Mahamat Saleh Annadif, à la MINUSMA et aux forces françaises qui l’appuient.
M. Guterres et le Conseil ont présenté leurs condoléances aux gouvernements du Bangladesh et du Mali, ainsi que leurs profondes sympathies aux familles et aux proches des victimes. Ils ont également souhaité un prompt rétablissement aux blessés.
La situation sécuritaire au Mali et la dimension transnationale de la menace terroriste dans la région du Sahel constituent une source de préoccupation majeure pour les membres du Conseil. Ces derniers ont exhorté les parties maliennes à mettre pleinement en œuvre l’Accord de paix sans plus tarder afin d’améliorer la sécurité dans l’ensemble du Mali. Les membres du Conseil ont également souligné que les efforts de la Force Conjointe du G5 Sahel pour contrer les activités des groupes terroristes et d’autres groupes criminels organisés contribueront à créer un environnement plus sûr dans la région du Sahel.