Au Pays-Bas, l’ONU inaugure un nouveau centre pour mieux répondre aux crises humanitaires

Une fillette de sept ans traverse un pont de bois de fortune qu’elle a construit après que l’ouragan Irma ait causé de graves dommages sur le site de Five Cays, à Providenciales, dans les îles Turks et Caicos. Photo : UNICEF/Moreno Gonzalez

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a inauguré le Centre de données humanitaires, ce vendredi, à la Haye, aux Pays Bas. Ce centre, qui vise à faciliter l’échange et l’utilisation des données en temps réel, permettra de mieux répondre aux crises humanitaires dans le monde.
Le Secrétaire général a rappelé que 136 millions de personnes étaient aujourd’hui victimes de crises. Connaître exactement leur situation, avoir des données chiffrées sur leur environnement et échanger rapidement ces informations sont essentiels pour les organisations humanitaires.
« Des données précises constituent la pierre angulaire d’une bonne politique et d’une bonne prise de décision. Les obtenir et les partager entre des centaines d’organisations, en pleine urgence humanitaire, s’avère compliqué et prend beaucoup de temps, mais c’est absolument crucial », a déclaré M. Guterres lors de l’inauguration du centre à La Haye.
Les exemples sur le terrain ne manquent pas, a rappelé le chef de l’ONU : lors du passage dévastateur des ouragans dans les Caraïbes, l’échange des données sur les alertes préventives a permis aux gouvernements des pays touchés et aux organisations internationales de se préparer et d’évacuer, à temps, les populations.
Ce nouveau centre devrait donc faciliter le travail des organisations et travailleurs humanitaires, en se concentrant sur trois domaines : la construction de réseaux – mise en contact avec des universitaires et experts en technologie –, l’accès et la protection des données.
Géré par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) et soutenu par le gouvernement néerlandais, ce centre est un « indicateur pour l’avenir », a déclaré le Secrétaire général. « Il aidera les humanitaires à prendre des décisions éclairées et responsables pour répondre aux besoins les plus urgents des populations ».