ONUSIDA : Le taux de mortalité due au SIDA a été divisé par deux depuis 2005

Lors de la Journée mondiale contre le SIDA, des personnes au Nigeria marchent dans le quartier Asokoro d’Abuja pour sensibiliser le grand public sur la question du VIH/SIDA (Archives). Photo: ONUSIDA

Plus de la moitié des personnes porteuses du VIH (53%) ont désormais accès au traitement contre le VIH, et les décès liés au SIDA ont diminué depuis 2005, selon un nouveau rapport publié jeudi 20 juillet 2017 par l’ONUSIDA.
En 2016, sur les 36,7 millions de personnes porteuses du VIH, 19,5 millions ont eu accès au traitement et les décès liés au SIDA ont chuté de 1,9 million en 2005 à 1 million en 2016. Si cette tendance continue, l’objectif mondial de 30 millions de personnes en traitement d’ici 2020 sera atteint.
«Nous avons atteint l’objectif 2015 de 15 millions de personnes sous traitement et nous sommes en train de doubler ce chiffre, pour arriver à 30 millions et atteindre l’objectif 2020», s’est félicité le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé. «Nous allons continuer à progresser pour atteindre toutes les personnes qui en ont besoin et honorer notre engagement de ne laisser personne de côté».
La région enregistrant les plus importants progrès est l’Afrique de l’Est et l’Afrique Australe, la plus affectée par le VIH et qui compte plus de la moitié de toutes les personnes porteuses du VIH. Depuis 2010 les décès ont chuté de 42%. Les nouveaux cas d’infection ont chuté de 29%, avec une baisse de 56% des nouveaux cas d’infection parmi les enfants pour la même période, un succès remarquable, dû aux traitements du VIH et aux efforts de prévention, mettant ainsi l’Afrique de l’Est et l’Afrique Australe sur la voie de l’éradication de l’épidémie de SIDA.
Le rapport, intitulé ‘En finir avec le SIDA : progresser vers les cibles 90-90-90’, fournit une analyse détaillée de l’état d’avancement et des défis vers la réalisation des cibles 90-90-90. Les cibles ont été fixés en 2014 afin d’accélérer les progrès pour qu’en 2020, 90% des personnes porteuses du VIH soient informées de leur séropositivité, 90% de toutes les personnes diagnostiquées séropositives aient accès à une thérapie antirétrovirale soutenue, et 90% de toutes les personnes ayant accès au traitement antirétroviral soient viro-inactivées.
Le rapport montre qu’en 2016 plus des deux tiers (70%) des personnes porteuses du VIH étaient informées de leur séropositivité. De toutes les personnes porteuses du VIH 77% avaient accès au traitement, et 82% des personnes sous traitement étaient viro-inactivées, protégeant leur état de santé et aidant à la prévention de la transmission du virus.

Sept pays ont déjà réalisé les cibles 90-90-90
L’Afrique de l’Est et l’Afrique australe, l’Europe de l’Ouest et l’Europe centrale, ainsi que l’Amérique latine devraient atteindre les cibles 90-90-90 d’ici 2020. En Afrique de l’Est et l’Afrique australe, 76% des personnes porteuses du VIH informées de leur séropositivité ont accès au traitement antirétroviral, et 83% des personnes sous traitement ont des niveaux de VIH indétectables – ce qui équivaut à 50% de l’ensemble des personnes porteuses du VIH en Afrique de l’Est et Afrique australe sont viro-inactivées. Les Caraïbes ainsi que l’Asie et le Pacifique peuvent également atteindre les objectifs 90-90-90 si les programmes sont davantage accélérés.
Sept pays ont déjà réalisé les cibles 90-90-90 : Botswana, Cambodge, Danemark, Islande, Singapour, Suède et Royaume Uni. De nombreux autres pays sont sur le point d’y parvenir.
L’impact le plus important de l’intensification 90-90-90 a été la réduction des décès liés au SIDA, qui ont diminué de près de la moitié au cours des 10 dernières années. De ce fait, l’espérance de vie a augmenté de manière significative dans les pays les plus touchés. En Afrique de l’Est et Afrique australe, l’espérance de vie a augmenté de près de 10 ans entre 2006 et 2016.
«Le SIDA recule et les communautés et les personnes s’épanouissent», a déclaré M. Sidibé. «Puisque nous mettons l’épidémie sous contrôle, les conditions de santé s’améliorent et les nations deviennent plus fortes».
La progression vers les objectifs 90-90-90 s’est toutefois montrée timide au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ainsi qu’en Europe de l’Est et en Asie centrale où les décès liés au sida ont augmenté respectivement de 48% et de 38%.
Des exceptions dans ces régions montrent que lorsque des efforts conjugués sont faits, les résultats ne se font pas attendre. Par exemple, l’Algérie a augmenté l’accès au traitement contre le VIH de 24% en 2010 à 76% en 2016, le Maroc de 16% en 2010 à 48% en 2016 et le Belarus de 29% en 2010 à 45% en 2016.
Au niveau mondial, le progrès a été significatif, mais du travail reste néanmoins à faire. Près de 30% des personnes porteuses du VIH ne sont toujours pas informées de leur séropositivité, 17,2 millions de personnes porteuses du VIH n’ont pas accès au traitement antirétroviral, et plus de la moitié de toutes les personnes porteuses du VIH sont viro-inactivées.