Mali : La MINUSMA condamne les violations du cessez-le-feu par la CMA et la Plateforme

Des représentants des groupes signataires (Plateforme et CMA), rencontrent le chef du Département des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix (au centre) et le chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif (à gauche) en mai 2017. Photo: ONU/Sylvain Liechti

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) a condamné les violations continues et accrues du cessez-le-feu par les deux mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.
Les violations mentionnées par la mission de maintien de la paix comprennent des mouvements de convois armés dans la région de Kidal (Nord-Est du pays), des provocations et des combats, dont les affrontements armés en cours au sud d’Aguelhok.
«Ces agissements de la part des mouvements sont d’autant plus condamnables qu’ils font fi de tous les appels que nous n’avons pas cessé de lancer à leurs dirigeants de faire preuve de sagesse et d’agir avec responsabilité», a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali et Chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif.
«Il s’agit de violations de l’Accord de paix et des résolutions du Conseil sécurité», a tenu à souligner M. Annadif. «Si elles persistent, elles affecteront non seulement la mise en œuvre de l’Accord de paix, profitant ainsi au terrorisme pour gagner davantage du terrain, mais elles risquent également de saper la confiance des maliennes et maliens et de la communauté internationale toute entière en la bonne foi des mouvements signataires en tant que partenaires sérieux et crédibles dans la quête du Mali pour une paix durable».
Le Représentant spécial a exhorté les responsables de la Coordination des Mouvements de l’Azawad et de la Plateforme à assumer pleinement leurs responsabilités et à agir d’urgence pour mettre fin irréversiblement à ces violations «qui ne seront pas sans conséquences si elles ne cessent pas».