Le chef de l’ONU appelle à recadrer et moderniser les priorités en matière de désarmement et de non-prolifération

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé jeudi les Etats membres des Nations Unies à recadrer et moderniser les priorités en matière de désarmement et de non-prolifération dans un contexte où la menace posée par les armes de destruction massive s’est accrue.
« Malgré les efforts du Conseil, la menace posée par les armes de destruction massive demeure et semble même prendre de l’ampleur. Les inquiétudes mondiales au sujet des armes nucléaires sont les plus élevées depuis la guerre froide », a noté M. Guterres lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la non-prolifération, en présence du Président du Kazakhstan, Nursultan Nazabaïev, dont le pays occupe en janvier la Présidence tournante du Conseil de sécurité.
Selon M. Guterres, « la situation dans la péninsule coréenne est le défi de paix et de sécurité le plus tendu et le plus dangereux dans le monde aujourd’hui ». « Je reste profondément préoccupé par le risque croissant de confrontation militaire et les conséquences inimaginables qui en résulteraient », a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Le chef de l’ONU reste convaincu de l’utilité de l’accord nucléaire avec l’Iran

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres (archives). Photo TASS/ONU DPI

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est félicité du deuxième anniversaire, le 16 janvier 2018, de la mise en œuvre de l’accord sur le programme nucléaire iranien.
« Ceci marque une nouvelle étape importante dans l’accord historique conclu entre E3/UE + 3 et l’Iran, et entériné par le Conseil de sécurité dans sa résolution 2231 (2015) », a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse en référence à l’accord entre l’Iran d’un côté et la Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Allemagne et l’Union européenne de l’autre.
« Le Plan d’action global commun (JCPOA) constitue une réalisation majeure de la non-prolifération et de la diplomatie nucléaires et a contribué à la paix et à la sécurité régionales et internationales », a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

Le chef de l’ONU présente ses 12 domaines d’action pour 2018 et insiste sur la nécessité d’autonomiser les femmes

Le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, lors d’une réunion informelle de l’Assemblée générale sur ses domaines d’action pour 2018. Photo ONU / Eskinder Debebe

Devant les 193 Etats membres de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a présenté mardi  6 janvier 2018, ses 12 domaines d’action pour l’année 2018 et a insisté sur la nécessité d’autonomiser les femmes.
« J’ai pris mes fonctions l’année dernière en appelant à faire de 2017 une année de paix. Un an plus tard, nous devons reconnaître que la paix reste insaisissable », a dit M. Guterres dans un discours.

Continuer la lecture

Migrations, maintien de la paix, développement à l’ordre du jour de l’Assemblée générale pour 2018

Le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Miroslav Lajcak. Photo ONU/Manuel Elias

Les migrations, le maintien de la paix et le développement sont parmi les priorités de l’Assemblée générale des Nations Unies pour la fin de la présente session jusqu’en septembre 2018, a déclaré vendredi le président de cet organe.
« Cela fait quatre mois que la 72ème session de l’Assemblée générale a commencé. Et je crois que nous pouvons dire que nous avons déjà accompli beaucoup de choses », a déclaré Miroslav Lajčák dans un exposé devant les États membres. Il a noté que l’organe avait déjà adopté plus de 250 résolutions et un nouveau budget pour la période 2018-2019.

Continuer la lecture

Afrique de l’Ouest : la situation sécuritaire reste très préoccupante malgré des progrès, selon l’ONU

En dépit de progrès réalisés en Afrique de l’Ouest et au Sahel, notamment en matière de transitions démocratique et politique pacifiques, la situation sécuritaire dans la région demeure une source de grave préoccupation, a déclaré jeudi 11 janvier 2018, devant le Conseil de sécurité le Représentant spécial du Secrétaire général et chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas.
Il a notamment évoqué les attentats au Mali, dont certains se sont soldés par la mort de Casques bleus, à Kidal notamment, précisant que ceux-ci étaient attribués aux groupes affiliés à Al-Qaïda et à l’État islamique du Grand Sahara.

Continuer la lecture

Migrations : le chef de l’ONU appelle à se concentrer sur les aspects positifs

Des migrants sur l’île grecque de Lesbos (archives). Photo OIM 2016/Amanda Nero

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a appelé jeudi 11 janvier 2018, à se concentrer sur les aspects « largement positifs » des migrations, à l’occasion de la publication d’un rapport intitulé ‘Rendre les migrations bénéfiques pour tous’.
« Permettez-moi de souligner ceci : les migrations sont un phénomène mondial positif. Elles génèrent de la croissance économique, réduisent les inégalités, relient des sociétés différentes et nous aident à surmonter les vagues démographiques de croissance et de déclin de la population », a dit M. Guterres lors de la présentation de ce rapport.

Continuer la lecture

Briefing de M. Mohamed Ibn Chambas au Conseil de Sécurité sur les récents développements en Afrique de l’Ouest et au Sahel

Dakar, 11 Janvier 2018 – M. Mohamed Ibn Chambas, Représentant Spécial du Secrétaire Général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), a présenté, ce 11 janvier 2018, au Conseil de Sécurité son rapport d’activités qui couvre la période du 1er juillet 2017 au 31 décembre 2017.

Au cours du deuxième semestre 2017, des tensions liées à la réforme constitutionnelle et aux processus de dialogue politique en cours ont occupé le devant de la scène en Guinée, en Mauritanie, au Niger et au Togo. Des élections ont eu lieu au Libéria et au Sénégal. Au Burkina Faso et en Gambie, des progrès ont été faits dans d’importants domaines de réforme. Cependant, dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest et au Sahel, les conditions de sécurité sont restées précaires.

Dans son intervention, M. Ibn Chambas a mis l’accent sur la situation sécuritaire préoccupante au Sahel et dans le Bassin du Lac Tchad. Il a indiqué que les attaques de Boko Haram au Nigeria se sont intensifiées depuis le mois de septembre avec une utilisation des enfants comme « bombes humaines » qui a quintuplée en 2017.

« La réponse globale de la région face à la menace de Boko Haram doit être soutenue par la communauté internationale», a dit M. Ibn Chambas. Il a aussi souligné l’importance de compléter la réponse sécuritaire par des mesures qui permettront de freiner les défis liés à la gouvernance et de booster le développement économique et la résilience des populations du Sahel tel qu’articulé dans la Stratégie Intégrée des Nations Unies pour le Sahel.

M. Ibn Chambas a également félicité le peuple du Liberia pour l’élection pacifique de son nouveau président. «Une plus grande attention doit maintenant être accordée aux prochaines élections en Sierra Leone et en Guinée » a-t-il précisé. Sur le Togo, le RSSG a salué les efforts de médiation des Présidents du Ghana et de la Guinée et a souligné que l’absence de consensus sur la mise en œuvre des réformes constitutionnelles pourrait menacer la tenue des élections législatives et locales en 2018.

Le rapport du Secrétaire Général sur les activités du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), pour la période du 1er juillet au 31 décembre 2017, est disponible sur notre site : https://unowas.unmissions.org/sites/default/files/n1742697.pdf. Vous pouvez également lire son discours prononcé au Conseil de Sécurité : https://unowas.unmissions.org/briefing-security-council-report-secretary-general-activities-united-nations-office-west-africa-2

Darfour : la Mission de l’ONU et de l’Union africaine poursuit sa reconfiguration

Des membres d’un contingent de la MINUAD postés à Um Baro (Nord-Darfour) patrouillent dans le village de Basma (archives). Photo: Albert Gonzalez Farran / MINUAD (archive)

L’Opération de l’Union africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD) a achevé la première phase de sa reconfiguration décidée par le Conseil de sécurité, a expliqué mercredi le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, devant les membres du Conseil.
En juin dernier, reconnaissant l’amélioration générale de la situation sécuritaire au Darfour (Soudan), le Conseil de sécurité a approuvé les recommandations du Secrétaire général et du Président de l’Union africaine en faveur d’une approche en deux volets, axée sur la protection du Jebel Marra et sur la stabilisation de la situation dans d’autres régions du Darfour. Continuer la lecture

Le chef de l’ONU va se rendre en Colombie ce weekend pour soutenir les efforts de paix

Des observateurs de l’ONU récupérant les derniers chargements d’armes déposées par les FARC-EP (archives). Photo: Mission de l’ONU en Colombie

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, se rendra le 13 janvier à Bogotá, en Colombie, pour une visite officielle dans le pays afin de soutenir les efforts de paix, a indiqué mercredi son porte-parole.
Samedi, M. Guterres aura des rencontres avec le Président Juan Manuel Santos Calderón et des responsables du gouvernement et des forces armées, ainsi qu’avec les dirigeants de l’ancien groupe rebelle des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et de l’Église catholique.
Pendant son séjour à Bogotá, le Secrétaire général rencontrera également des représentants de la société civile ainsi que la Mission de vérification des Nations Unies en Colombie.
Le dimanche 14 janvier, le Secrétaire général se rendra au Département de Meta, où son programme inclura notamment une visite dans une zone territoriale pour la formation et la réinsertion des anciens combattants des FARC.
Ce mercredi, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Colombie, Jean Arnault, a fait le point de la situation dans le pays devant le Conseil de sécurité et a présenté les activités du tout premier trimestre d’existence de la Mission de vérification des Nations Unies en Colombie, qui a débuté ses opérations le 26 septembre dernier.
Le Représentant spécial s’est déclaré convaincu qu’il reste encore beaucoup à faire pour garder le processus de paix en Colombie sur la bonne voie et qu’une volonté politique de la part de toutes les parties serait nécessaire à cette fin.
« Nous continuons d’être préoccupés par la réintégration socioéconomique de 14.000 anciens combattants. N’oublions pas que nous sommes face à un large groupe dont le niveau de frustration accumulée – illustré par le nombre de ses membres qui sont toujours en prison –, n’est pas évident à surmonter », s’est alarmé M. Arnault.
Le Président colombien, s’est-il félicité, a pris la décision importante de reconnaître l’accès à la propriété foncière comme une motivation de premier plan pour se réintégrer.
Le Représentant spécial a regretté que l’autre groupe rebelle, l’Armée de libération nationale (ELN), ait exprimé des réserves très fermes quant à la mise en œuvre du cessez-le-feu provisoire et des engagements humanitaires qui en sont le corollaire. Et si ce groupe a proposé de négocier un cessez-le-feu plus vigoureux, son leadership est resté en revanche silencieux après l’expiration du cessez-le feu provisoire hier, a constaté M. Arnault.
Il a souhaité que les pourparlers entamés le 9 janvier à Quito entre le gouvernement colombien et l’ELN débouchent sur une issue en phase avec les aspirations unanimes de la société colombienne pour que les violences prennent fin. Il a donc recommandé que le Secrétaire général attende le résultat de ces discussions pour faire ses recommandations au Conseil de sécurité. Il s’est toutefois désolé d’annoncer avoir été informé que les attaques de l’ELN contre les oléoducs avaient repris.

Sahara occidental : le chef de l’ONU préoccupé par le regain de tensions dans la zone tampon

Un officier de liaison militaire de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), observe au travers de ses jumelles lors d’une patrouille de surveillance du cessez-le-feu à Oum Dreyga, au Sahara occidental (juin 2010). Photo ONU /Martine Perret

Le Secrétaire général, António Guterres, s’est dit samedi profondément préoccupé par le récent regain de tensions dans les environs de Guerguerat, dans la zone tampon au sud du Sahara occidental, entre la butte marocaine et la frontière mauritanienne.
« Le Secrétaire général souligne que le retrait des éléments du Front Polisario de Guerguerat en avril 2017, ainsi que le retrait antérieur des éléments marocains de la région, ont été essentiels pour créer un environnement propice à la reprise du dialogue sous les auspices de son Envoyé personnel Horst Kohler », a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq.
« Le Secrétaire général appelle les parties prenantes à exercer un maximum de retenue et à éviter une escalade des tensions. Le trafic civil et commercial régulier ne devrait pas être entravé et aucune mesure ne devrait être prise qui pourrait constituer un changement au statu quo de la zone tampon », a-t-il ajouté.